Business of Bouffe
Business of Bouffe
Oct 20, 2020
Plat du Jour #5 | Stephanie Le Quellec - MAM | Ouvrir une nouvelle maison pour proposer une cuisine familiale à emporter et s'adapter à la nouvelle demande des consommateurs
33 min

Aujourd'hui, nous sommes avec Stéphanie Le Quellec, la cheffe 2 étoiles propriétaire du restaurant La Scène à Paris. Dans cet épisode, elle nous dévoile son nouveau projet « MAM » qui ouvrira en décembre prochain. 

Ensemble nous revenons tout d'abord sur l'actualité de la cheffe ainsi que sur sa réaction face à la crise actuelle. Puis, Stéphanie nous présente MAM : son nouveau projet de restauration 100% à emporter. Elle nous explique qu'avec MAM elle souhaite se réinventer et proposer au plus grand nombre une cuisine familiale, accessible et réconfortante. Puis, nous parlons entrepreneuriat et business (chose rare avec un Chef !) : financement, organisation logistique, e-commerce, acquisition digitale, … La cheffe se livre en toute transparence sur ses objectifs avec MAM et sa vision pour la suite.

 

Entreprendre dans la mode
Entreprendre dans la mode
Adrien Garcia
#174 — Mathilde Lacombe— Co-fondatrice de Aime Skincare (ex fondatrice de BirchBox) —Une deuxième aventure entrepreneuriale à succès
Dans ce nouvel épisode, je reçois Mathilde Lacombe, elle est la co-fondatrice de Aime, une marque de cosmétique qui propose une nouvelle approche de la beauté. Cette nouvelle aventure, elle la mène avec son associé François Morrier. Tous deux ont contribué pendant 8 ans à la réussite BirchBox France. Ils en retiennent une adrénaline entrepreneuriale qui les a conduit à se renouveler.  Avec l’envie de revenir à l’essentiel et à une vision plus globale de la beauté, Aime Skincare répond avant tout à un besoin personnel de se recentrer sur son bien-être par le biais de compléments alimentaires. Un produit qui révolutionne le marché et que le duo d’entrepreneurs accompagnent d’une expérience totale : exercices holistiques, rituels et soins font partie intégrante du storytelling de la marque.  Mathilde partage sa sérénité et son approche optimiste de la vie. Elle nous parle de ses débuts de pigiste au magazine Elle, de son parcours entrepreneurial et de l’équilibre entre la création et le marketing. « Cette marque, je l’ai tellement rêvée que lorsque je l’ai eue devant les yeux je me suis dit : c’est une évidence. » Ce que vous allez apprendre dans cet épisode:  * Le parcours de Mathilde * Son obsession pour le milieu de la beauté * Comment elle trouve du temps pour s’inspirer  * Comment ne pas devenir esclave de sa boîte * Trouver un équilibre entre l’entreprise familiale et les ambitions  * Son expérience de pigiste au Elle * Sa volonté d’entreprendre * Comment elle garde sa sérénité au quotidien * Les milestones de BirchBox/JoliBox * Le juste milieu entre un profil créatif et marketing  * Le déclic qui l’a faite quitter BirchBox  * Les débuts de Aime * La plus value de sa marque * Le storytelling et la pédagogie autour du produit * Comment elle a organisé le lancement * Le modèle économique, l’acquisition * La structure interne et le recrutement * Le retail et l’expérience client * La dimension médical, un sujet sensible en France  * Comment elle s’organise dans sa vie professionnelle et personnelle * Sa vision pour Aime  « Les créatifs ont quelque chose en plus qu’un fond d’investissement ou que quelqu’un qui sort d’une école de commerce n’ont pas. C’est ce pouvoir d’intuition et de créativité qui donne de la valeur à une marque. »  « Je pense qu’au fond de moi, j’ai toujours été quelqu’un de volontaire et déterminée, avec ce besoin de me fixer des objectifs. J’ai toujours eu envie d’avoir une vie heureuse et de me faire plaisir » « La force des marques qui réussissent, ça reste l’intuition des personnes qui sont derrière pour en faire des bons produits. Le fait de mettre une grosse équipe et beaucoup d’argent ce n’est pas forcément ça qui va faire un succès. » N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de Entreprendre Dans La Mode, les industries créatives et l’art de vivre sur www.entreprendredanslamode.com   Aussi, si vous souhaitez me contacter ou me suggérer de nouveaux invités, vous pouvez le faire sur Instagram sous le pseudonyme @entreprendredanslamode   Enfin, le plus important : laissez-moi un avis sur Apple Podcast ou iTunes, 5 étoiles de préférence ; cela m’aide à faire connaître le podcast à plus de monde et me motive à faire de meilleures interviews !    Merci de soutenir ce podcast et à bientôt pour un nouvel épisode ! Références: Aime : https://aime.co/fr/    @mathildelacombe : https://www.instagram.com/mathildelacombe/    @aimeskincare : https://www.instagram.com/aimeskincare/
1 hr 54 min
Le goût de M
Le goût de M
Le Monde
#24 Joann Sfar
Le Goût de M est désormais réservé aux abonnés du Monde à partir de l'offre intégrale.  Ecoutez cet épisode en intégralité sur https://www.lemonde.fr/podcasts/ ou dans l'application mobile Le Monde. Si vous n'êtes pas encore abonné, rendez-vous sur https://abo.lemonde.fr/goutdem pour bénéficier de -50% la première année pour la souscription d'un abonnement Intégrale à partager avec la personne de votre choix. Joann Sfar est le nouvel invité du podcast Le Goût de M proposé par « M Le magazine du Monde », à l'occasion de la sortie de son album « La Chanson de Renart » et de son film « Petit Vampire ». Le dessinateur et cinéaste a répondu depuis la librairie Gallimard, boulevard Raspail à Paris, aux questions de la journaliste et productrice Géraldine Sarratia. Un lieu symbolique pour celui qui a « fait ses humanités » à la Sorbonne à Nice, une librairie tenue par le père d'un de ses amis, et qui se dit « armé contre les extrêmes parce qu'étudiant, je les ai lus avec passion ». Marqué très jeune par la mort de sa mère, Joann Sfar raconte avoir vécu « l'enfance la plus heureuse du monde », lui qui aimait pourtant laisser couler ses larmes : « Je me mettais derrière un miroir, je disais “Oh le pauvre petit orphelin et je me faisais pleurer” », explique-t-il. Il se rappelle sa grand-mère mangeant du crabe en cachette (« C'est forcément casher parce que c'est bon ») ; son père avocat devenu notable, séducteur macho, marrant et dur, qui « d'un coup a dû s'inventer une âme maternelle » ; son grand-père, rescapé de la Shoah, aux « 300 milliards de maîtresses », dont une mère et sa fille allemandes, qui lui expliquait : « L'antisémitisme s'arrête aux portes des chambres d'hôtel. » Une galerie de personnages haut en couleurs qui nourrissent ses œuvres habitées par la question de ce que l'on « peut faire avec le vide ». Ses drôles de monstres qu'il laisse aller dans le réel. « J'ai besoin de fonder mon imaginaire sur un terroir. » La littérature et le cinéma sont deux autres sources importantes d'inspiration pour le dessinateur qui a eu sa « première relation sexuelle devant Rambo 3 » et qui sorti de l'adolescence a adoré Sylvester Stallone, Jackie Chan ou Chuck Norris. « En faisant des BD, j'avais l'impression d'être spectateur de cinéma », glisse celui qui, enfant, se plaisait à dessiner des singes et des chevaux. Il cite pour compagnon Chagall et William Steig, les livres d'Alexandre Dumas, Frédéric Dard ou Arthur Conan Doyle ou encore Hugo Pratt à qui il voue une profonde admiration. Récemment, il se dit particulièrement marqué par le film « Une fille facile » de Rebecca Zlotowski. Passionné de philosophie, il défend une fiction empreinte de chaleur, de gourmandise, de passion, à l'image des films de Fellini. Cinéma populaire de son enfance. Et loue notre façon de nous nourrir, de boire, notre rapport à la sensualité, forte de sa liberté : « On ne se rend pas compte à quel point les Français sont hautement éduqués pour ce qui touche à l'art de vivre, confie-t-il. Pour moi, c'est un apprentissage de la délicatesse. » Une approche de la vie qui le porte davantage du côté de François Hollande, ce « personnage à la Sempé qui a une conscience aiguë des limites du pouvoir politique en France », plutôt que d'Emmanuel Macron. « Les gens qui le haïssent le plus, ce sont les monarchistes, ce qui imaginent qu'il a vraiment le pouvoir. » Si Joann Sfar a retenu quelque chose du judaïsme, c'est la défiance des idolâtries. Toutes les deux semaines, une personnalité issue du monde de la culture, de la mode, du design ou de la cuisine racontera son histoire personnelle du goût. Mais aussi ses dégoûts. Comment...   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
4 min
Je t'emmène en Voyage
Je t'emmène en Voyage
Alex Vizeo
Là où personne n'est jamais allé pour enquêter sur les routes du cachemire, Victor Chevrillon
Pour la première fois internaute, je reçois un aventurier qui nous raconte son récit de voyage sur fond d’enquête. Victor Chevrillon se lance dans une aventure hors du commun et traverse la steppe Mongole pour comprendre les dessous de la (sur)production du cachemire. Cette laine rare et de très grande qualité grâce à ses propriétés, produite par des chèvres qui gambadent dans des kilomètres de steppes. Alors dis comme ça, ça me donne envie d’aller m’acheter une écharpe en cachemire direct! Sauf que je fais partis de cette génération, qui se pose de plus en plus de questions sur la provenance des produits que je consomme. Victor nous décrit dans ce podcast toutes les étapes de la chaîne de production du cachemire au plus près de son origine. Mais qu’en est il des répercussion sur l’écologie? Quelles sont les réelles pratiques de la traite des animaux et leurs conditions de santé? Quel virage prend l’économie mongole avec l'industrie du cachemire? Quels sont les effets non désirés sur l’écosystème de cette surproduction? Victor répond à toutes ces questions et nous raconte comment et pourquoi il a mené cette enquête hors du commun. Allez bonne écoute internaute! Si tu souhaites suivre Victor et acheter son livre: * Instagram : https://www.instagram.com/victorchevrillon/ * Facebook : https://www.facebook.com/victorchevrillonofficiel * Site internet : https://www.victorchevrillon.fr/ * Lien pour acheter le livre : https://www.lalibrairie.com/livres/les-routes-du-cachemire--enquete-sur-une-filiere-cousue-d-or_0-6803298_9791025205020.html UNE PETITE DÉDICACE DU PODCAST DANS TA STORY, c'est le genre de chose qui me fait toujours super plaisir !!....et qui donne du power pour continuer. Au plaisir de les voir et de les partager :) MON BLOG VOYAGE, pour retrouver tous mes conseils & astuces de voyage : https://www.vizeo.net Suis mes aventures sur les réseaux @ALEXVIZEO Linkedin : https://www.linkedin.com/in/alexvizeo Instagram : https://instagram.com/alexvizeo Youtube : https://www.youtube.com/user/vizeoproduction Tik Tok : https://www.tiktok.com/@alexvizeo Facebook : https://www.facebook.com/alexvizeo Twitter : https://twitter.com/alexvizeo Si tu as voyagé après avoir vu mes vidéos (ou si tu prévois de le faire) Laisse ton témoignage sur mon site : https://www.vizeo.net/livre-or-voyage
1 hr 12 min
Generation XX
Generation XX
Indiecrew
#93 Agathe Bousquet (Présidente du groupe Publicis en France) : « Etre cohérent est une attention de tous les instants »
Dans ce nouvel épisode, Siham reçoit Agathe Bousquet, présidente du groupe Publicis en France. Dans les articles de presse qui lui sont consacrés, Agathe est très souvent décrite comme une femme engagée. On fait référence à son parcours dans le monde associatif : en effet, alors qu’elle est encore étudiante, elle est bénévole au sein de l’association Solidarité Sida et elle y travaille ensuite plusieurs années. Agathe fait notamment partie de celles et ceux qui ont créé le festival Solidays. Dans cet épisode, je souhaitais qu’on puisse parler d’engagement avec Agathe, hors du cadre associatif. Je lui ai donc posé des questions sur son parcours et son poste actuel dans le secteur de la publicité. Comment réagit-elle lorsque, l’industrie dans laquelle elle travaille ou même ses salariés, sont pointés du doigt pour des façons d’être, de faire qu’elle ne cautionne pas ou condamne ? Doit-elle, chaque jour, réaffirmer ses valeurs ? Dans cette conversation il est donc question de cohérence, de contre-pouvoir, du mouvement #metoo et des décisions que l’on doit prendre lorsque l’on est à la tête d’un collectif imparfait. Agathe nous raconte aussi comment elle a appris à ne pas avoir peur des autres et à se sentir légitime, et elle se confie avec sincérité sur l’amitié, son besoin d’être alignée et ce qui l’anime profondément. Inscrivez-vous à la newsletter : https://generationxx.substack.com Pour suivre Agathe : http://www.twitter.com/agathebousquet Pour suivre Génération XX : Instagram : htttp://www.instagram.com/generationxx Twitter : http://www.twitter.com/generationxxp Facebook : http://www.facebook.com/generationxx.podcast Site internet : http://www.generationxx.fr Email : hellogenerationxx@gmail.com Musique (libre de droits) : Please listen carefully - Jahzzar Production INDIECREW 2020 - tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
56 min
Nouvel Œil
Nouvel Œil
Victoria Guillomon
#40 | Mettre de l'optimisme dans nos vies - Catherine Testa (fondatrice de l'Optimisme)
« Le simple fait que j’y pense le créait, or rien ne m’y prédestinait. La seule chose que je faisais était d’oser et de lâcher prise ». Ce sont les mots de *Catherine Testa*. Pour elle, le changement sociétal passe avant tout par l’engagement individuel. Nous sommes la société. Et face aux transitions à venir, ce qu’il nous faut avant tout, c’est de l’optimisme pour agir. Après un parcours chamboulé et rempli de contre-temps comme on les aime, Catherine l’a fait : elle a osé et lâché prise, pour donner naissance au média l’Optimisme. Sur vos fils d’actualités Facebook ou Instagram, forcément, vous avez croisé une fois la plume de Catherine. Parce que les réseaux sociaux, elle les inonde d’Optimisme. Vous savez ce petit logo en citron ? C’est elle. Elle éparpille, partout, ses citations optimistes pour nous inciter à prendre le contrôle de notre vie. Dans cet épisode, on revient avec elle sur son parcours. Sur ses embûches, ses rêves, sur la création de son média, et surtout, on évoque cette urgence de remettre l’optimisme au cœur de nos vies. Aujourd’hui plus que jamais, opter pour l’optimisme est une des plus belles façons de vaincre ce que la vie nous impose. Alors ne lâchez rien, quel que soit votre rêve, croyez-y fort, et n’abandonnez pas. Des jours meilleurs nous attendent, mais aujourd’hui est déjà un immense cadeau. Belle écoute ! 🌼 --- Pour retrouver Catherine 👇 . Sur son site : https://catherinetesta.com/ . Le site de l'Optimisme : https://www.loptimisme.com/loptimisme-site-positif-retrouver-moral/ . Sur Instagram : https://www.instagram.com/etsionsouriait/ . Sur Facebook : https://www.facebook.com/etsionsouriait . Ses deux livres : " Oser l'optimisme" et "Oser être soi" aux éditions Michel Lafon. --- 👉Pour suivre les aventures du podcast : https://www.instagram.com/nouveloeil_/ 🎶 Les musiques sont du bel artiste Tim Dup (invité de l'épisode 14 pour les curieux). --- Pour m'encourager dans ma démarche, n'oublie pas de laisser des petites étoiles et un avis sur iTunes ! ✨
38 min
Splash
Splash
Nouvelles Écoutes
Une économie du care peut-elle émerger ?
L’attention à autrui et le soin n’ont pas pour habitude d’occuper le centre de la scène politique et économique. Pourtant, la crise sanitaire que nous venons de traverser a permis de révéler l’importance capitale d’un secteur pour notre société : le care.  Infirmières, femmes de ménage, femmes au foyer, aides à domiciles… La plupart du temps, ce sont des femmes qui prennent en charge ces tâches difficiles. Pourtant, elles sont bien peu rémunérées par rapport à l’utilité qu’elles ont pour le collectif. Si la société repose sur ce secteur, une économie du care peut-elle émerger ? Valoriser économiquement l’attention à autrui, est-ce compatible avec la rationalité de notre système économique ? Hôpitaux publics, écologie, féminisme... Au delà des choix économiques, c’est la question de la valeur du care pour notre société qui est posée, que des choix politiques devront décider.  Pour ce dernier épisode de la saison, Laureen Melka a carte blanche. Elle s’entoure cette semaine de l’économiste Emmanuel Petit (L'Économie du Care, PUF, 2013), de Mireille Chiroleu Assouline, professeure associé à l’école d’économie de Paris et spécialiste de l’économie de l’environnement ainsi que d’Anne-Laure Delatte, économiste au CEPII.  _____________________________ Cet épisode est rendu possible par Tediber, la marque française en ligne de literie et produits pour le sommeil.  En ce moment, tentez de remporter un incroyable matelas en jouant sur Tediber.com/Splash _____________________________ Sources documentaires :  Carol Gilligan, In a different voice : Psychological Theory and Women's Development, Harvard University Press, 1982. Sylvie Perdriolle, Carol Gilligan et l’éthique du care, Livre coordonné par Vanessa Nurock, Editions PUF, 2010 Par Sylvie Perdriolle Emmanuel Petit, L’économie du care. Presses Universitaires de France, « Care studies », 2013. François-Xavier Schweyer, « L’hôpital, une transformation sous contrainte. Hôpital et hospitaliers », Revue française des affaires sociales, 2006.  Jean-Paul Domin, « Réformer l’hôpital comme une entreprise. Les errements de trente ans de politique hospitalière (1983-2013) », Revue de la régulation, 2015. Panorama de la santé 2017 « Les indicateurs de l’OCDE » : www.oecd.org/fr/sante/panorama-de-la-sante-19991320.htm Julien Bouissou, « Une récession brutale devrait frapper la France en 2020», Le Monde, 10 juin 2020. Thierry Fabre, « Des économistes évaluent le choc du coronavirus jusqu’à 10% du PIB », Challenge, 18 mars 2020.  Jean Jouzel, Michel Badré, Conseil économique, social et environnemental « Accord de Paris et neutralité carbone en 2050 : comment respecter les engagements de la France ? », mars 2020 : www.lecese.fr/travaux-publies/accord-de-paris-et-neutralite-carbone-en-2050-comment-respecter-les-engagements-de-la-franceCommuniqué de presse ONU, « Il faut réduire les émissions mondiales de 7,6 % par an au cours de la prochaine décennie pour atteindre l’objectif de 1,5°C fixé à Paris », 26 novembre 2019. Antonio Guterres, neuvième Secrétaire général de l’ONU, “Une crise humaine qui fait appel à notre solidarité”de l’ONU, 20 mars 2020.  Alexandra Leistner, « Féminisme : des allemandes présentent la facture de leur travail domestique pendant le confinement », Euronews 14 mai 2020.  Delphine Roy, « Le travail domestique : 60 milliards d’heures en 2010 », division Redistribution et politiques sociales, Insee. Tribune au Monde, « Confinement et numérique : « Taire les risques que nous faisons prendre à nos enfants n’est pas tolérable », 6 juin 2020. Communiqué de presse ONU, « Deux milliards de personnes de plus sur la Terre en 2050 », 17 juin 2019. Max Weber, Essais sur la théorie de la science, 1922.  Pierre Cahuc et Thomas Zylberberg, Le négationnisme économique. Et comment s’en débarrasser, Flammarion,  2017.  Thomas Porcher, Traité d’économie hérétique. En finir avec le discours dominant, Fayard, 2018.  Bassem Hassan, Alexandra Auffret, « Oui à la controverse scientifique, non à la polémique », The Conversation, 5 avril 2018.  Patrick Criqui, Sébastien Treyer, « Penser l’après : La reconstruction plutôt que la reprise » The Conversation 24 avril 2020. Tiphaine de Rocquigny, “Penser l’économie de demain avec Philippe Aghion”, Entendez-vous l’éco ?, France culture, 24 avril 2020.  Spla$h est une émission d’Etienne Tabbagh produite par Nouvelles Écoutes, écrit et animé par Laureen Melka. Cet épisode est réalisé et produit par Marine Raut. Mixé par Laurie Galligani. Générique : Aurore Mayer-Mahieu
30 min
Place des religions
Place des religions
LA CROIX - Bayard Presse
Éric Piolle, un non croyant qui "ne peut pas se passer de spiritualité​​​"
Maire de Grenoble, l’écologiste Éric Piolle envisage d’être candidat à la présidentielle en 2020. Héritier du catholicisme de sa famille, il se dit non croyant mais trouve dans le christianisme ses "sources d’inspirations". Dans cet épisode de notre podcast, il affirme sa "totale neutralité" dans la sphère publique. ► Saison 2, épisode 9 – L’essentiel de l’épisode : Devenu en 2014, le premier maire écologiste d’une ville de plus de 100 000 habitants, Éric Piolle (Europe Écologie Les Verts) a été réélu à Grenoble au printemps dernier, lors d’élections municipales marquées par une percée des Verts au niveau national. Retrait de la publicité en ville, création de nombreuses pistes cyclables, extension de la zone piétonne : les mesures emblématiques de celui que l’on présente souvent comme un pionnier sont bien connues, même au-delà des Alpes. Ce qui est moins connu en revanche, c’est le rapport de ce natif du Béarn à la religion. Or celui-ci cultive un lien pour le moins paradoxal au catholicisme transmis par ses parents : non-croyant ("d’aussi loin qu’il m’en souvienne", précise-t-il), Éric Piolle conserve une pratique religieuse, faite de messes dominicales avec son épouse mais aussi d’animation d’aumônerie, encore il y a quelques années, au collège de ses enfants. Même sans avoir la foi, le maire de Grenoble conçoit l’Église catholique comme un espace possible de contestation du système capitaliste - un lieu qui préfère la question du sens à celle du profit. Enthousiasmé par les prises de position du pape François, de Laudato si’ (2015) à Fratelli tutti (2020), il se décrit volontiers comme un "compagnon de route du christianisme". Interrogé par la journaliste Mélinée Le Priol, l’élu écologiste réaffirme dans le même temps sa vision de la laïcité, sans compromis, et rappelle les changements entrepris à la mairie de Grenoble pour un traitement voulu comme plus équitable des principales religions. ► A lire sur le site et l'application du journal La Croix : PORTRAIT – Municipales 2020 : à Grenoble, les innovations sociales et politiques d’Éric Piolle LES FAITS – Municipales à Grenoble, les écologistes au centre du jeu ANALYSE – Catholiques ou non, l’écologie peut-elle rassembler? ► Un podcast hebdomadaire : Tous les mercredis à partir du 30 septembre jusqu’au 23 décembre 2020, dans la deuxième saison du podcast Place des religions, les journalistes du quotidien La Croix invitent des personnalités de tous horizons à nous éclairer sur les relations entre la politique et les religions à partir de leur expérience sur le terrain. Le temps d’une conversation, elles nous dévoilent leurs convictions à la source de leur action. ► Parmi les autres personnalités politiques invitées : Marlène Schiappa, ministre déléguée en charge de la citoyenneté ; François-Xavier Bellamy, député européen Les Républicains ; Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre de l’éducation nationale ; Bernard Cazeneuve, ex-ministre de l’intérieur, en charge des cultes ; Franck Meyer, maire évangélique de Sotteville-sous-le-Val ; Hubert Wulfranc, ex-maire de Saint-Étienne du Rouvray ; Jean-Philippe Duval, moine à l’abbaye de Solesmes et conseiller municipal… La deuxième saison du podcast Place des religions est à écouter sur le site et l'application du journal La Croix, et sur toutes les plateformes de podcast. ► Vos contributions : Vous avez une question ou une remarque ? Écrivez-nous à cette adresse : placedesreligions@bayard-presse.com CRÉDITS : Responsable éditorial : Christophe de Galzain. Suivi de production : Célestine Albert-Steward. Interview : Mélinée Le Priol. Montage : Flavien Edenne. Habillage sonore et mixage : Emmanuel Viau. Création musicale : Arnaud Forest. Voix : Malo Tresca. Identité graphique : Mathieu Ughetti. Rédaction en chef : Jérôme Chapuis. Archive : France 3 Auvergne-Rhône-Alpes - Enquêtes de région du 16 septembre 2020. Place des religions est un podcast original de LA CROIX – Septembre 2020
17 min
FRENCHIES autour du monde
FRENCHIES autour du monde
FRENCHIES autour du monde
#42. Marine, Amérique du Sud, jamais sans mon chien
Aussi loin qu’elle se souvienne, Marine a toujours souhaité avoir un chien depuis sa tendre enfance. Elle saute finalement le pas et adopte N’Lou, une fois installée dans une vie stable 🏠🐶 C’est une évidence que si elle adopte N’Lou c’est pour l’emmener découvrir le monde avec elle. Car oui, Marine a grandi et baigné dans une familles de voyageurs. Ils commencent par un premier voyage puis l’envie d’une grande aventure se fait ressentir 🗺✨ Alors qu’elle s’apprête à atteindre la trentaine, Marine voit alors l’opportunité d’acquérir un van, et tant dit que sa charge de travail s’accumule, elle finit par se questionner sur la vie qu’elle veut mener. Finalement, c’est le déclic, c’est le moment où jamais pour prendre une année sabbatique et partir en van avec N’Lou en Amérique du Sud 🚐🌎 Mais comme l’amour frappe toujours à notre porte quand on s’y attend le moins, Marine rencontre Damien, et même si tout semble si simple, ils ont chacun des objectifs de vie différents au début de leur relation. Marine reviendra sur ce concours de circonstances un peu fou qui finalement fera coïncider leurs agendas. Damien s’ajoute alors à cette nouvelle équation en Amérique du Sud en van avec N’Lou 👩‍❤️‍👨🧳 Marine revient sur ce périple, mais aussi sur la vie en van avec un chien et avec une personne qu’on vient tout juste de rencontrer 🎙 Découvrez les coulisses du podcast et les dernières nouveautés des FRENCHIES autour du monde sur Instagram : https://instagram.com/frenchies_autour_du_monde/ Musique proposée par La Musique Libre MÆSON - Memories : https://youtu.be/0FfQ4WNr9xc MÆSON : https://soundcloud.com/maeson-1
46 min
DECODEUR
DECODEUR
hortense leluc
[REDIFF'] Dorothée Meilichzon, architecte "Je crois en l'âme des lieux"
Rediffusion de l'épisode avec Dorothée Meilichzon, l'architecte qui signe les plus beaux projets d'hotels du moment... -- Pour ce troisième épisode de DECODEUR, le podcast de celles et ceux qui font la déco aujourd'hui, je reçois Dorothée Meilichzon, la célèbre architecte et designer d'intérieur qui a signé de nombreux lieux très en vogue tels que l'hôtel des Grands Boulevards, l'Hôtel Paradis, le Bachaumont, le Balagan, la compagnie des vins à Paris, Londres ou NY... (etc.) Dorothée nous parle de sa façon de travailler au bureau ou avec ses clients, de la vie de chantier qui peut être parfois difficile, de sa manière de s'approprier les nouveaux projets, de son admiration pour d'autres architectes, de son son style "maximaliste" comme elle le dira, bref si vous voulez en savoir plus sur l'envers du décor, je crois que c'est le moment de tendre l'oreille. Dorothée parle aussi vite qu'elle travaille beaucoup, elle sait ce qu'elle veut et où elle va et vous verrez, c'est très enthousiasmant d'entendre quelqu'un de si passionné et énergique... alors bonne écoute comme on dit ! Et si le podcast vous plait n'hésitez pas à vous abonner pour ne pas rater les prochains épisodes, à laisser un commentaire ou 5 étoiles, et à suivre @decodeur sur Instagram... A tout de suite ! *>> Si ce podcast vous plait* n'hésitez pas > à vous abonner pour ne pas rater les prochains épisodes > à mettre un commentaire ou 5 étoiles (sous la liste des épisodes, rubrique "Laissez un avis") > à suivre @decodeurpodcast sur Instagram et à partager l'épisode en Story par exemple > à découvrir les 55 autres épisodes déjà en ligne > à parler de DECODEUR autour de vous, tout simplement...! Merci beaucoup 👍 Hortense Leluc, journaliste déco, créatrice et réalisatrice de DECODEUR
39 min
More episodes
Search
Clear search
Close search
Google apps
Main menu