Vlan!
Vlan!
Oct 20, 2020
#147 Comment l'astrologie et le mystique se réinstallent dans notre société avec Sylvie Schramm
35 min

Sylvie est une astrologue, en réalité c'est mon astrologue et l'année dernière déjà je m'étais dis que ca serait intéressant de faire un épisode ensemble sur le retour de l'astrologie en état de grâce.

Comme il me plait de le rappeler quand je parlais il y a 10 ans de ces sujets autour de la voyance et de l'astrologie, je faisais bien attention à qui j'en parlais et puis j'ai la sensation que dans la période de remous que nous sommes en train de traverser cela nous semble beaucoup plus naturel d'aller vers le mystique.

Sylvie nous rappelle néanmoins que l'astrologie est une science, tout du moins de son point de vue de practicienne et qu'elle a été considérée comme telle pendant des centaines voire des milliers d'années jusqu'à finalement sortir de l'université.
Sans doute un épisode plus ésotérique que d'habitude et en même temps c'est intéressant de mixer les points de vue, d'envisager le monde d'autres manières, de s'ouvrir au sacré comme je l'ai déjà fait dans d'autres épisodes peut être de manière moins directe.
Sylvie est une excellente astrologue (selon ma petite expérience) et apporte une vision compliquée à accepter et dans le même temps rassurante sur le mouvement du monde et la manière de l'envisager.
Même si nous allons, selon Sylvie, au devant d'une période compliquée, elle nous invite à rester positif.ve et en confiance en prenant un peu de hauteur par rapport au retour de balancier que nous allons traverser.

Travail (en cours)
Travail (en cours)
Louie Media
Choisir nos horaires de travail nous permet-il de mieux travailler ?
Avec le confinement, et maintenant le reconfinement, notre rapport aux horaires de travail a été bouleversé. Si vous aussi, vous êtes en télétravail, vous avez peut-être remarqué que vous n'avez jamais été aussi concentrés qu'avant 8 heures, quand le calme du petit matin règne encore. Ou alors, vous avez fini par décider que vraiment, impossible de travailler efficacement juste après le déjeuner.   Dans ce nouvel épisode de Travail (en cours), Marion Bothorel s’interroge sur la flexibilisation des horaires de travail. La demande pour des horaires de travail plus souples est une tendance de fond : selon une étude Opinionway en 2019, 81% des salariés français souhaiteraient avoir des horaires plus flexibles. Mais est-ce qu’on a intérêt à s’affranchir des horaires de travail classiques, et travailler chacun selon le moment où on est le plus efficace ? Marion Bothorel a rencontré Jean-François Cauche, qui a quitté son poste de cadre en administration il y a huit ans pour pouvoir devenir auto-entrepreneur et travailler selon ses propres horaires, en l'occurrence, plutôt la nuit. Elle a aussi rencontré Caroline Leroy, la DRH de Payfit, une entreprise qui a décidé de flexibiliser ses horaires suite au premier confinement. Marion a aussi parlé au docteur Claude Gronfier, chronobiologiste à l'INSERM, qui nous explique que notre rythme biologique est déterminé génétiquement, et que si on ne le respecte pas, cela peut avoir de graves conséquences sur la santé.  Vous entendrez aussi Jeanne Ganault, doctorante en sociologie, qui travaille pour le Center for Research in Economics and Statistics. Pour elle, la flexibilisation des horaires de travail peut creuser des inégalités sociales et économiques.   Travail (en cours) est un podcast de Louie Media. Présentatrice : Camille Maestracci. Journaliste : Marion Bothorel. Louise Hemmerlé est chargée de production. Cet épisode a été monté et réalisé par Cyril Marchan. La musique est de Jean Thévenin et le mix a été fait par Olivier Bodin. Marion Girard est responsable de production, et Maureen Wilson responsable éditoriale. Mélissa Bounoua est à la direction des productions et Charlotte Pudlowski à la direction éditoriale.    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
32 min
Generation XX
Generation XX
Indiecrew
#93 Agathe Bousquet (Présidente du groupe Publicis en France) : « Etre cohérent est une attention de tous les instants »
Dans ce nouvel épisode, Siham reçoit Agathe Bousquet, présidente du groupe Publicis en France. Dans les articles de presse qui lui sont consacrés, Agathe est très souvent décrite comme une femme engagée. On fait référence à son parcours dans le monde associatif : en effet, alors qu’elle est encore étudiante, elle est bénévole au sein de l’association Solidarité Sida et elle y travaille ensuite plusieurs années. Agathe fait notamment partie de celles et ceux qui ont créé le festival Solidays. Dans cet épisode, je souhaitais qu’on puisse parler d’engagement avec Agathe, hors du cadre associatif. Je lui ai donc posé des questions sur son parcours et son poste actuel dans le secteur de la publicité. Comment réagit-elle lorsque, l’industrie dans laquelle elle travaille ou même ses salariés, sont pointés du doigt pour des façons d’être, de faire qu’elle ne cautionne pas ou condamne ? Doit-elle, chaque jour, réaffirmer ses valeurs ? Dans cette conversation il est donc question de cohérence, de contre-pouvoir, du mouvement #metoo et des décisions que l’on doit prendre lorsque l’on est à la tête d’un collectif imparfait. Agathe nous raconte aussi comment elle a appris à ne pas avoir peur des autres et à se sentir légitime, et elle se confie avec sincérité sur l’amitié, son besoin d’être alignée et ce qui l’anime profondément. Inscrivez-vous à la newsletter : https://generationxx.substack.com Pour suivre Agathe : http://www.twitter.com/agathebousquet Pour suivre Génération XX : Instagram : htttp://www.instagram.com/generationxx Twitter : http://www.twitter.com/generationxxp Facebook : http://www.facebook.com/generationxx.podcast Site internet : http://www.generationxx.fr Email : hellogenerationxx@gmail.com Musique (libre de droits) : Please listen carefully - Jahzzar Production INDIECREW 2020 - tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
56 min
Je t'emmène en Voyage
Je t'emmène en Voyage
Alex Vizeo
Là où personne n'est jamais allé pour enquêter sur les routes du cachemire, Victor Chevrillon
Pour la première fois internaute, je reçois un aventurier qui nous raconte son récit de voyage sur fond d’enquête. Victor Chevrillon se lance dans une aventure hors du commun et traverse la steppe Mongole pour comprendre les dessous de la (sur)production du cachemire. Cette laine rare et de très grande qualité grâce à ses propriétés, produite par des chèvres qui gambadent dans des kilomètres de steppes. Alors dis comme ça, ça me donne envie d’aller m’acheter une écharpe en cachemire direct! Sauf que je fais partis de cette génération, qui se pose de plus en plus de questions sur la provenance des produits que je consomme. Victor nous décrit dans ce podcast toutes les étapes de la chaîne de production du cachemire au plus près de son origine. Mais qu’en est il des répercussion sur l’écologie? Quelles sont les réelles pratiques de la traite des animaux et leurs conditions de santé? Quel virage prend l’économie mongole avec l'industrie du cachemire? Quels sont les effets non désirés sur l’écosystème de cette surproduction? Victor répond à toutes ces questions et nous raconte comment et pourquoi il a mené cette enquête hors du commun. Allez bonne écoute internaute! Si tu souhaites suivre Victor et acheter son livre: * Instagram : https://www.instagram.com/victorchevrillon/ * Facebook : https://www.facebook.com/victorchevrillonofficiel * Site internet : https://www.victorchevrillon.fr/ * Lien pour acheter le livre : https://www.lalibrairie.com/livres/les-routes-du-cachemire--enquete-sur-une-filiere-cousue-d-or_0-6803298_9791025205020.html UNE PETITE DÉDICACE DU PODCAST DANS TA STORY, c'est le genre de chose qui me fait toujours super plaisir !!....et qui donne du power pour continuer. Au plaisir de les voir et de les partager :) MON BLOG VOYAGE, pour retrouver tous mes conseils & astuces de voyage : https://www.vizeo.net Suis mes aventures sur les réseaux @ALEXVIZEO Linkedin : https://www.linkedin.com/in/alexvizeo Instagram : https://instagram.com/alexvizeo Youtube : https://www.youtube.com/user/vizeoproduction Tik Tok : https://www.tiktok.com/@alexvizeo Facebook : https://www.facebook.com/alexvizeo Twitter : https://twitter.com/alexvizeo Si tu as voyagé après avoir vu mes vidéos (ou si tu prévois de le faire) Laisse ton témoignage sur mon site : https://www.vizeo.net/livre-or-voyage
1 hr 12 min
Le Gratin par Pauline Laigneau
Le Gratin par Pauline Laigneau
Pauline Laigneau
#122 – Apollonia Poilâne – Boulangère et chef d’entreprise - "Nourrir le corps et l'esprit"
Mon invité du jour est Apollonia Poilâne, dirigeante de la célèbre maison éponyme. Vous pourrez retrouver Poilâne sur presque tous les réseaux sociaux et notamment Instagram. Concernant Apollonia elle est essentiellement présente sur LinkedIn.  Pour tout vous dire Apollonia et moi on se connaît depuis qu’on est toutes petites. Mais bizarrement, la vie a fait qu’on se connaissait sans jamais vraiment se connaître et c’est en grande partie pour cela que j’étais impatiente d’enregistrer cet épisode avec elle.  Apollonia a un parcours qui rend humble : à 18 ans ses deux parents décèdent accidentellement. Elle se retrouve à prendre la tête de la Maison familiale – qui emploie plus de 100 personnes – pour faire suite à la direction de son père Lionel.  Dans cet épisode, elle nous parlera bien sûr du moment où elle est devenue chef d’entreprise, mais aussi de sa passion pour son métier, elle qui se décrit comme « boulangère et chef d’entreprise« , de la difficulté de trouver un équilibre entre innovation et respect des savoir-faire, ou encore de la différence entre grandir et grossir, c’est à dire, la tension entre artisanat et développement.  Durant l’épisode vous verrez que nous avons été interrompues par une arrivée impromptue de biscuits ou celle de son petit chien Rascal, et j’ai voulu garder ça pour vous montrer la vraie vie d’Apollonia.  Enfin pour terminer, on évoque à la fin de l’épisode son tout nouvel ouvrage qui vous expliquera notamment comment réaliser un pain Poilâne de chez vous  Notes et références * The Uncertainty Mindset, Vaughn Tan * Poilâne – Des grains aux pains * Site internet Poilâne * LinkedIn et Instagram 1. La News du Gratin La News du Gratin est une mini newsletter pour vous nourrir en plus du podcast. C’est une newsletter très courte, à lire en 5mn top chrono de ce qui m’a marqué dans les dernières semaines : livres à lire, réflexions, applis à télécharger, citations, films ou documentaires à voir etc. Pour la recevoir, il n’y a qu’à s’abonner à la newsletter sur le blog du Gratin ! 2. Des conseils concrets sur ma chaîne YouTube Envie de lancer votre propre podcast ? De bénéficier de conseils sur quel matériel utiliser ? Ma nouvelle chaîne YouTube est faite pour vous ! 3. Contactez-moi !  Si le podcast vous plaît, le meilleur moyen de me le dire, ou de me faire vos feed-backs (et ce qui m’aide le plus à le faire connaître) c’est simplement de laisser un avis 5 étoiles ou un commentaire sur l’application iTunes. Ca m’aide vraiment, alors n’hésitez pas  Pour me poser des questions ou suivre mes tribulations c’est par ici : * Sur Instagram @paulinelaigneau * Sur LinkedIn @pauline laigneau * Sur Facebook * Sur Twitter @plaigneau
1 hr 9 min
VÉCUS - Une carrière qui a du sens.
VÉCUS - Une carrière qui a du sens.
Ticket for Change
Comment développer des politiques de rémunération transparentes et équitables ?
Ce podcast a été réalisé en partenariat avec Ground Control, à l’occasion des Universités d'Été de l'Économie de Demain. “La question de la rémunération cache la question de la relation que nous avons au travail” En 1997 Emmanuel reprend l’entreprise Pochecco, une entreprise du nord de la France dont la principale activité est la production d’enveloppes. Emmanuel s’applique à mettre en œuvre une «écolonomique», c’est à dire une activité caractérisée par la préservation de l’environnement, le respect des salariés et du dialogue social. Confronté à un marché en effondrement, cette entreprise pionnière du développement durable a dû adapter sa politique de rémunération. 1. Mettre en accord ses convictions et ses actes (2.58) 2. Parler de la question de la rémunération et établir des règles éthiques (7:10) 3. Stabiliser les écarts de salaires en établissant un ratio et transformer le regard porté sur le travail 9:19  4. Fonctionner en petit groupe autonome (11:28) 5. Penser les différents postes de dépenses de façon cohérente  (13:32)   6.  Baisser les coûts afférant au travail (18:12) Pour en savoir plus : les Universités d'Été de l'Économie de Demain.ont été créées par les entreprises pionnières de la coalition #NousSommesDemain. Ces entreprise ont développé ensemble un nouveau référentiel simple, l'Impact Score permettant à chaque entreprise française d’évaluer à partir d’indicateurs quantifiables leur progrès sur la voie de la transformation sociétale. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
22 min
Le goût de M
Le goût de M
Le Monde
#23 Jane Birkin
Le Goût de M est désormais réservé aux abonnés du Monde à partir de l'offre intégrale.  Ecoutez cet épisode en intégralité sur https://www.lemonde.fr/podcasts/ ou dans l'application mobile Le Monde. Si vous n'êtes pas encore abonné, rendez-vous sur https://abo.lemonde.fr/goutdem pour bénéficier de -50% la première année pour la souscription d'un abonnement Intégrale à partager avec la personne de votre choix. Jane Birkin est la nouvelle invitée du podcast Le Goût de M proposé par « M Le magazine du Monde », à l'occasion de la sortie prochaine de son album « Oh ! Pardon, tu dormais… », réalisé avec Etienne Daho. La chanteuse a répondu depuis son appartement du VIe arrondissement à Paris aux questions de la journaliste et productrice Géraldine Sarratia. Jane Birkin y revient sur son enfance entre un père issu de la grande bourgeoisie, officier navigateur, héros de la résistance, et une mère, comédienne excentrique. Elle évoque la maison familiale sur l'Ile de Wight, sa fascination pour son frère rebelle. Ses parents et une professeure l'année du bac l'initient à la littérature, au théâtre, au cinéma. Elle se souvient de sa lecture des nouvelles d'Antonia Fraser, de sa découverte de « West Side Story » ou d'un concert mené par le chef d'orchestre Leonard Bernstein, à qui elle demanda un autographe. Une série de rencontres et de hasard la mènent à auditionner pour les planches et pour le cinéma, « Blow Up» d'Antonioni, notamment. « On m'a prise au cinéma parce que j'étais mignonne », s'amuse-t-elle. Elle rencontre son premier mari John Barry, en tournant une comédie musicale, puis Serge Gainsbourg sur le plateau de « Slogan ». Deux hommes qui ont façonné ses goûts. Elle assume son sens très personnel du style, piochant allègrement dans le vestiaire homme. Et son inclination pour les objets usés et humoristiques, dont elle aime s'entourer. Notamment ceux qui représentent des animaux – elle dresse au passage l'éloge de son chien Dolly qui l'a « portée pendant qu'elle était malade » et pendant le confinement. Elle reconnaît sa dette à l'anticonformisme britannique et célèbre la cuisine simple et croustillante qui fait plaisir aux enfants. Pour finir, elle encense le bonheur qu'il y a à se sentir libre et évoque le charme des choses que l'on quitte. Femme de regrets qui se plaît à égayer les autres. Toutes les deux semaines, une personnalité issue du monde de la culture, de la mode, du design ou de la cuisine racontera son histoire personnelle du goût. Mais aussi ses dégoûts. Comment elle s'est façonné un art de vivre, en continuité ou au contraire en rupture avec son milieu d'origine. Comment celui-ci a évolué au cours de sa vie, de ses rencontres, de ses expériences. Un podcast produit par Géraldine Sarratia (Genre idéal) Réalisation : Sulivan Clabaut Musique : Gotan Project    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
6 min
Manger
Manger
Louie Media
Pourquoi s'indigne-t-on autant quand quelqu’un change une recette traditionnelle française ?
En 2016, le supermarché anglais Tesco a décidé de changer la forme de ses croissants. Ils vendent désormais des croissants tout droits, par souci de “tartinabilité”. Peut-être que vous ressentez de l’incompréhension à la lecture de cette info, parce qu’un croissant, on le sait tous.te.s, que ça ne se tartine pas! Probablement un peu de rage aussi: comment osent-ils changer la forme de cette viennoiserie si chère à notre pays, ce symbole de la culture française? Mais pourquoi se sent-on si personnellement attaqués quand quelqu’un touche à notre patrimoine culinaire?  Pour ce douzième épisode de Manger, nous nous sommes questionnées sur l’attachement des français à notre culture culinaire. Des recettes de grand-mère aux bistrots traditionnels, pourquoi aimons-nous tant revendiquer cet art de la table ? Et comment faire pour sauvegarder ce patrimoine ?. Laurianne Melierre est allée à la rencontre d’Alain Fontaine, chef cuisinier et Président de la commission des Maîtres Restaurateurs et de l’Association pour l’inscription au Patrimoine immatériel de l’Unesco des bistrots et terrasses de Paris. Depuis 2003, il est propriétaire du Mesturet, un bistrot Parisien du 2ème arrondissement, ouvert depuis le XIXè siècle, dans lequel il sert des escargots, du tartare de bœuf, de la blanquette de veau… et tous ces plats qui ont contribués à faire la renommée mondiale de la gastronomie française. Ils ont parlé de l’attitude protectrice que l’on avait parfois face à notre patrimoine culinaire et de son combat pour la sauvegarde des bistrots et des terrasses parisiennes au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO.  Et vous, quel classique de la cuisine française vous refusez de voir revisité ? Racontez-nous vos anecdotes sur Twitter, Facebook, Instagram ou par mail à hello@louiemedia.com.  Vous pouvez vous abonner à Manger sur Apple Podcasts, sur votre appli préférée grâce à notre flux, sur Google Podcasts, SoundCloud, YouTube, Deezer, Stitcher… Journaliste: Laurianne Melierre Réalisation et mixage: Simon Cacheux Musique: Jean Thevenin Chargée de Production: Maële Diallo Attachée de production: Lucile Rousseau-Garcia Responsable de production: Marion Girard Responsable éditoriale: Maureen Wilson Direction de production: Mélissa Bounoua Direction éditoriale: Charlotte Pudlowski   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
26 min
Basilic
Basilic
Jeane Clesse
Mélanie Lily, jardinière et guide botaniste, de la toile au jardin alpin
Cette semaine, Jeane a tendu son micro à Mélanie Lily, jardinière et guide botaniste au jardin alpin du Jardin des Plantes de Paris elle est aussi militante sur les réseaux sociaux @lilyfairly. Dans cet épisode, Mélanie nous raconte son histoire. Elle nous parle de son ancienne vie de fleuriste, de sa prise de conscience et de son envie de tendre vers un mode de vie plus responsable et minimaliste. C'est cette envie et son besoin de se reconnecter à la nature qui l'ont conduite à se reconvertir pour devenir jardinière et guide botaniste. Dans la première partie de l'épisode, Mélanie nous raconte son parcours et son quotidien en tant que jardinière et guide botaniste au jardin alpin du Jardin des Plantes. Dans un second temps, Mélanie aborde la question du militantisme ainsi que le rôle qu'elle souhaite jouer sur les réseaux sociaux et comment elle utilise ces plateformes comme un outil pour informer et s'informer. J'espère que cet épisode vous plaira, bonne écoute à toutes et tous ! *Pour en savoir plus :* École du Breuil : https://www.ecoledubreuil.fr/ L'ouvrage Graines d'espoir, Jane Goodall : Pour l'acheter en ligne mais si vous le pouvez, commandez le en librairie Marie-Anne Libert : Biographie Jeanne Barret : Biographie Concernant les Ouïghours : Dilnur Reyhan : Sur Instagram Tribune dans Le monde : à lire ici Ouïghours news : Sur Instagram Concernant l'écologie décoloniale : Jérémy : Sur Instagram Cannelle : Sur Instagram Associations : Règles élémentaires : Découvrir leur travail Féminité sans abris : Découvrir leur travail *Soutenir Basilic :* instagram.com/basilicpodcast/ twitter.com/BasilicPodcast?lang=fr facebook.com/Basilicpodcast/ Production : Jeane Clesse Mixage : Alexandre Ottmann Musique : Benjamin Porraz Graphisme : Mahaut Clément Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas à laisser plein d’étoiles et un commentaire sur la plateforme Apple Podcasts et surtout à vous abonner grâce à votre application de podcasts préférée ! Cela m’aide énormément à faire découvrir Basilic à de nouveaux auditeurs.
52 min
Optimise ta vie (Le MorningNote Show)
Optimise ta vie (Le MorningNote Show)
Gianni Bergandi
463 - De la peur à la force : Ce qu'on veut vraiment dans la vie
Le MorningNote Show : Épisode n°463 - De la peur à la force : Ce qu'on veut vraiment dans la vie Télécharger en un clic toutes mes MorningNotes et s'abonner à mes mails privés : http://bit.ly/Contacts-prives Récemment, nous avons abordé ensemble une idée fondamentale : nos choix du quotidien sont inconsciemment dirigés par trois mécanismes de survie, trois menaces permanentes dans notre évolution : l'inconfort, l'insécurité, la non-appartenance. Au quotidien, nous agissons donc automatiquement pour : - ne pas se sentir trop inconfortable, - ne pas mettre en péril nos principales ressources, - ne pas passer pour un looser. Tout ce qui menacera notre sens du confort, de la sécurité ou notre image sera considéré comme un potentiel danger. Nous pouvons retenir les "3P" qui nous gouvernent au quotidien : protéger, plaire, prouver. Lorsqu'on se fixe des objectifs, on va donc naturellement être impacté par ces trois mécanismes de survie. Mais en ayant ces "3P" en ligne de mire, nous prenons alors très vite le risque de s'enfermer dans une vraie "rat-race" : nous nous adaptons toujours à plus de confort, de sécurité ou à de nouveaux statuts, et en voulons donc toujours plus... Il nous arrive souvent d'atteindre un objectif, et de toujours se sentir vide à l'intérieur. Pourquoi ? Parce que se fixer un objectif qui vise à plus de confort, de sécurité ou d'appartenance, c'est agir en fonction de nos peurs : on regarde dans le rétroviseur. Il n'y aucun sentiment d'accomplissement, juste de la survie. Or l'Homme est fait pour regarder devant, pas derrière. Regarde bien où sont placés les yeux des proies (un zèbre), et ceux des prédateurs (un tigre). L'Homme, aussi, a les yeux en plein milieu du visage : il est un prédateur, et non une proie. Il est fait pour aller de l'avant. Pour se créer une vie qui a infiniment plus de sens, nous devons identifier ce que nous voulons profondément au-delà de ces trois aspects. Nous voulons agir avec créativité, et non avec réactivité. L'idée aujourd'hui est de te présenter un modèle développé par Tripp Lanier. Un modèle qui nous aide à aller identifier ce qu'on veut vraiment, au-delà de nos trois composantes : confort, sécurité, appartenance. Un modèle qui nous fait passer d'une vision orientée vers la peur, à une vision orientée vers la force. Un modèle qui nous permettrait d'arrêter de se sentir piégé dans son quotidien, épuisé, isolé, ou anxieux, stressé. Un modèle basé sur le développement de quatre composantes : - La liberté, - La vivacité, - L'amour, - La paix. Lorsqu'on se fixe un objectif dans la vie, on pense à un résultat. Mais en réalité, ce qu'on recherche vraiment, c'est un ressenti, c'est l'expérience anticipée d'un tel résultat dans notre vie. Et lorsqu'on se concentre sur l'expérience souhaitée, on va au-delà de nos principales menaces. En général, cette expérience est toujours la résultante de ces quatre fameuses composantes : se sentir plus libre, plus vivant, plus aimé ou connecté aux autres, et plus tranquille, moins stressé, moins anxieux. On le développe dans cette vidéo. Ce modèle est vraiment clé, et m'a fait me poser énormément de questions ces derniers temps. Il nous offre un outil formidable pour aller chercher plus de sens au quotidien : plutôt que de rester bloqué à l'étape "je ne me sens pas accompli", on peut aller investiguer, et se demander si on pense manquer de liberté, de vivacité, d'amour ou de tranquillité, de paix intérieure... 🎥 Si tu préfères consommer ce contenu en video, je publie des videos sur youtube ici : http://bit.ly/ChaineYoutubeGB Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
14 min
Métamorphose, éveille ta conscience !
Métamorphose, éveille ta conscience !
Anne Ghesquière
#150 Romuald Leterrier et Jocelin Morisson : Se souvenir de l'Au-delà
Anne Ghesquière reçoit dans Métamorphose deux invités Romuald Leterrier, auteur et chercheur en ethnobotanique et Jocelin Morisson journaliste scientifique pour parler du sujet de leur dernier livre "comment se souvenir de l'Au-delà". Une plongée dans le monde des défunts, des synchronicités, de la conscience extra temporelle et des boucles rétrocausales. Attachez vos ceintures, embarquement immédiat vers le point Oméga ! - Épisode #150 Dans cet épisode avec Romuald Leterrier & Jocelin Morisson, j'aborderai les thèmes suivants : ·      Comment est venu l’idée de ce livre sur ce sujet ?  ·      Quelle pourrait être une définition de l’au-delà finalement ? Un ailleurs extratemporel ? ·      Pour vous l’au-delà et l’ici-bas ne sont séparés que par un mince voile et les retrouvailles entre les vivants et les défunts sont à notre portée ? « Les morts sont invisibles, mais ils ne sont pas absents » Victor Hugo. ·      « L’homme vit déjà simultanément dans l’ici et l’au-delà ? » comme le disait la collaboratrice de C.G. Jung, Marie-Louise von Franz ? ·      Au début de votre livre, vous citez ce chercheur néerlandais Dirk Klaas Fokke Meijer qui dit que « la mort ne devrait pas être comprise comme une transition vers un autre état d’existence, mais plutôt que nous appartenons tous déjà à un tel domaine éternel dans notre vie actuelle » ? C’est cette double présence paradoxale que nous pouvons être à la fois vivant ici et mort dans un futur (que l’on espère lointain) ? ·      Que signifie qu’une part de nous est déjà présente dans l’ailleurs, cette conscience extratemporelle ? ·      Romuald, expliques nous avec des mots simples comment l’au-delà est-il un point d’attraction au cœur de notre réalité et de notre espace ? ·      Est-ce pour cela que pour toi, Romuald, chaque synchronicités transite par l’au-delà ?  ·      Les plantes de vision favorisent le décloisonnement de la conscience et permettent d’ouvrir ces espaces de communication avec l’au-delà ? Par exemple ? Comment la mort et les liens avec l’au-delà sont-ils vécus par les peuples racines ? ·      Jocelin, quelles preuves ou « faisceaux de présomptions » avons-nous de l’au-delà en occident et quels sont les signes, messages, synchronicités, télépathie, médiumnité, transcommunication et manifestation diverses qui peuvent nous permettrent de communiquer avec l’au-delà ? ·      Jocelin, racontes-nous ce rôle des miroirs divinatoires qui est très intéressant… (cela me fait penser au Loup des Steppes d’Herman Hesse) ·      Romuald, peut-on communiquer avec l’au-delà par la retrocausalité ? En revenant d’abord sur la définition de la rétrocausalité (et le fait que ces boucles causales transitent par l’extérieur du continuum espace-temps) ? ·      Et la conscience collective rétrocausale ? Parles-nous Romuald de ce fameux bug de Google Traduction… ·      Jocelin, qu’est-ce qui se joue aussi à travers nos rêves, ce monde des rêves et des visions finalement méconnu ? (tu as vécu une synchronicité étonnante Jocelin à ce sujet qui a marqué un tournant dans ta carrière de journaliste..) ·      Pour vous, certains films sont aussi une manière d’insuffler un message de l’au-delà, un dialogue ? Par exemple Jocelin ? ·      Et les rêves de manière retrocausale permet de manifester les apparitions dans la...   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
1 hr 4 min
Émotions
Émotions
Louie Media
[Emotions à emporter] : Pourquoi avoir une déco à notre image nous fait du bien ?
Cette année, à cause de la pandémie du coronavirus, nous passons beaucoup de temps chez nous. Les deux vagues de confinement nous ont forcé à nous être enfermés dans nos lieux de vie, à les apprécier pour certain.es, à les subir pour d’autres…. Nous avons en effet eu le temps de nous rendre compte des choses qui n’allaient pas chez nous et certain.e.s ont imaginé les meilleures façons d’améliorer leur intérieur, en fonction de leurs moyens, pour pouvoir s’y sentir mieux une fois les confinements terminés. Il n’a donc pas été étonnant de voir les magasins de décoration et d’aménagement intérieur pris d’assaut à la fin du premier confinement et à la veille du second, créant de longues files d’attente devant certaines grandes enseignes. Car tout ce temps passé chez nous nous a fait prendre conscience du rôle important de nos lieux de vie et de l’impact que ces espaces pouvaient avoir sur notre santé mentale quand on était amené à y passer beaucoup de temps. On s’est donc demandé si la décoration et l'ameublement, qui sont souvent perçus comme des disciplines superficielles, étaient plus profondes et importantes pour notre psychisme qu’on aurait pu le croire ? En quoi l’aménagement de notre lieu de vie a-t-il un impact sur notre bien-être et sur notre santé mentale ? À partir de quand a-t-on commencé à accorder de l’importance à nos intérieurs pour s’y sentir bien ? Pour répondre à ces questions, Lucile Rousseau-Garcia a interrogé la sociologue et psychosociologue Perla Serfaty qui a consacré sa carrière à étudier les rapports entre la personne et l'environnement bâti. Elle est l’autrice de plusieurs ouvrages dont Chez soi, les territoires de l'intimité publié chez Armand Colin, et elle a contribué à l’émergence d’une nouvelle discipline : la psychologie environnementale.  Émotions à emporter est une émission bi-mensuelle, dérivée du podcast Émotions. Dans ce format plus court, nous abordons des questions plus quotidiennes sur notre rapport aux émotions et au monde qui nous entoure. C’est un podcast de Louie Media. Cyrielle Bedu en est présentatrice et la chargée de production, Lucile Rousseau-Garcia a fait cet épisode, Jean-Baptiste Aubonnet s’est occupé de la réalisation et du mixage et Nicolas de Gélis a fait la musique du générique.   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
17 min
More episodes
Search
Clear search
Close search
Google apps
Main menu