COXXX
COXXX
Oct 9, 2020
Sens * Lélé O
13 min

Plonge dans ton imagination, laisse monter ce parfum qui t'enivre...


Cet épisode met à l'honneur le goût et l'odorat. Il stimule ces sens parfois oubliés.


Ferme les yeux et laisse toi aller...


---


www.coxxx.org



Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

On The Verge
On The Verge
ALP
#39 Axel : « L’amour et le sexe sont des choses très séparées dans mon cas. »
Pour ce nouvel épisode, je vous propose d’écouter le témoignage peu commun de Axel, 33 ans, connu dans le milieu du porno gay sous le pseudonyme Axel Abysse. Cet expatrié au Japon est vidéaste, performer et producteur de films X gay ou encore comme il préfère se définir : Pornographer . Axel a des pratiques extrêmes et est connu dans le milieu pour ses aptitudes physiques et ses performances exceptionnelles et artistiques.  De ses premiers émois vécus très tôt lors du visionnage de porno soft, en pensant par son adolescence difficile, son coming out à 16 ans, ses premières histoires d’amour et la découverte d’une pratique qui sera une révélation totale pour lui, Axel vous livre avec sincérité et sagesse sa vision de la sexualité décomplexée et de l’apprentissage de son propre plaisir et de l’exploration de son corps. Une discussion intense avec un homme aligné avec son désir et sa sexualité.  Trigger warning : BDSM, Fist fucking Attention certains propos et explications des pratiques de Axel peuvent heurter certaine sensibilité. Le site de Axel Abysse : https://www.axelabysse.com (Attention site à caractère pornographique) Son instagram : @theaxelabysse  ** Infos ** Instagram : @ontheverge_podcast Facebook : @onthevergepodcast Et si vous avez la moindre question / remarque : onthevergeaudio@gmail.com   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
1 hr 4 min
Bookmakers
Bookmakers
ARTE Radio
Dany Laferrière (3/3)
Revers de Sud Bookmakers #6 - L’écrivain du mois : Dany LaferrièreNé en 1953 à Port-au-Prince (Haïti), élu en 2013 à l'Académie Française, Dany Laferrière est l'auteur savoureux d'un vaste cycle autobiographique de trente-deux ouvrages, parmi lesquels « Comment faire avec l'amour avec un Nègre sans se fatiguer » (1985), « Vers le Sud » (2006) ou « L'Enigme du retour » (2009), complété aujourd'hui par des ouvrages entièrement écrits et dessinés à la main, dont le titre du dernier, publié cette année, dit beaucoup sur sa vie : « L'Exil vaut le voyage ».En partenariat avec Babelio (3/3) Revers de Sud« J’écris dans mon lit, je lis dans mon bain : je suis un homme horizontal. » Mais ce « spécialiste mondial de la sieste », comme dit parfois Dany Laferrière en parlant de lui-même, travaille tout de même beaucoup. En 1990, cinq ans après la sortie de son sulfureux premier ouvrage, l’écrivain quitte Montréal pour Miami, en famille. Aux Etats-Unis, il écrit dix romans en douze ans, dont le fameux cycle haïtien, l’ossature de son œuvre : « L’Odeur du café » (1991), « Le Goût des jeunes filles » (1992), « Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit ? » (1993), « Pays sans chapeau » (1996), « La Chair du maître (1997), « Le Charme des après-midi sans fin » (1997), « Le Cri des oiseaux fous » (2000)…Puis Dany Laferrière est saisi d’une sorte de « fatigue », qui l’empêche d’envisager de nouveaux récits. C’est là qu’il accomplit un geste extrêmement rare, désarçonnant les critiques et les universitaires : il réécrit six de ses romans, augmentés parfois de 150 pages, aménageant des passerelles entre les livres pour découvrir qu’il s’agit en fait d’un seul et même bouquin : son « autobiographie américaine » qui lie le cycle nord-américain et le cycle haïtien. « J’ajoute, j’élimine, je touche au style, aucun scrupule. »En 2009, pourtant, l’inspiration lui revient de la plus bouleversante des manières. Son livre « L’Enigme du retour » s’ouvre sur l’annonce de la mort de son père, contraint à l’exil depuis près d’un demi-siècle du fait de son opposition au régime de Papa Doc. Dany rentre donc au pays pour annoncer à son tour cette nouvelle à sa mère. Dans le carnet noir qui ne le quitte jamais, il note alors « tout ce qui bouge », scène de marché, sommeil d’homme ou mouvement d'insecte, en traversant son île « à la recherche d’une sérénité ». Publié aux éditions Grasset, traduit dans huit langues, ce magnifique roman de deuil et de transmission sous « crépuscule rose », au rythme poétique inouï, d’une simplicité de vieux maître dont « la mémoire se dégèle », s’écoule à 70 000 exemplaires et décroche le prestigieux prix Médicis. Ce retour en grâce l’encourage à s’installer à Paris et, plus tard, à postuler à l’Académie Française. L’audace est payante : en janvier 2013, le petit rêveur de Petit-Goâve devient le « collègue de Voltaire et de Montesquieu » et l’auteur de « Vers le Sud » entre sous la Coupole avec une divinité vaudou sculptée sur son épée, Legba, « celui qui ouvre la barrière pour passer du monde visible au monde invisible. En somme, le dieu des écrivains ». Enregistrement : octobre 2020 - Entretien, découpage : Richard Gaitet - Prise de son, montage : Sara Monimart - Lectures : Arnaud Forest, Richard Gaitet, Samuel Hirsch, Annabelle Martella, Emilie Mendy - Réalisation, musique originale et mixage : Samuel Hirsch - Trompette : Vincent Défossé - Illustration : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio
29 min
More episodes
Search
Clear search
Close search
Google apps
Main menu