TESTS COVID-19 : RÉVÉLATIONS SUR UN NOUVEAU SCANDALE SANITAIRE
Play episode · 38 min

Quand le physicien David Mendels, l’invité de Denis Robert du TPA de ce soir, est rentré de voyages en janvier dernier et qu’il a vu grimper les taux de contamination au Covid en Asie, il a compris vite que les tests sanguins individualisés seraient un des enjeux et une des solutions du problème. Directeur technique d’une start up française – Xrapid-, spécialisée en intelligence artificielle et microbiologie, forts de leur expérience avec les tests pour la malaria, lui et ses collègues ont rapidement mis au point un système infaillible pour mesurer la fiabilité des tests Covid. C’est ce qu’il nous explique ce soir : « Le Covid est un virus trop petit pour être vu en microscopie optique mais quand est arrivé la crise en France, on avait déjà deux ou trois mois de retard sur les Chinois et les Coréens qui avaient développé des tests de diagnostic rapide. »

Se basant sur un appel d’offres du Ministère de la défense pour aider à vaincre l’épidémie, profitant du confinement, l’équipe autour de David Mendels s’est mise au travail : « On s’est dit qu’on allait mettre en route notre projet. On a pu sortir un prototype en une semaine ». Un prototype de testeur de tests. Après les choses ont trainé un peu. Mais face à la quantité de laboratoires se mettant à fabriquer des tests dans un but pas uniquement humanitaire, des médecins parisiens de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, missionnés par l’Institut Pasteur, ont collaboré, leur envoyant 5 des 11 tests représentant plus de 2’000 dispositifs à tester. Le marché du test Covid -vendu en pharmacie autour de 40/50 euros et sur Internet entre 15 et 99 euros- est très lucratif.

Jusque-là, tout va bien. C’est ensuite que l’histoire défie l’entendement. Le Ministère de la santé a homologué une liste de 23 tests le 20 mai dernier, dont la plupart, selon les propres termes, du physicien sont « tout pourris ». Entendez par là qu’ils peuvent diagnostiquer des personnes saines comme étant malades du Covid. Et plus grave, des personnes malades, saines. Sur les 11 tests sur lesquels a travaillé David Mendels, un seul a franchi la barre de la fiabilité selon les critères établis par la haute autorité de santé (HAS) en matière de spécificité et de sensibilité. Pourtant dans la liste finale, la plupart y compris les pires, ont été homologués par le Ministère.

« Je ne suis qu’un scientifique donc je ne sais pas s’il y a malveillance ou incompétence derrière cela » explique, sidéré, le docteur en physique « Mais quand les résultats se perdent à plusieurs niveaux comme c’est le cas ici, on est en droit de se poser la question de ceux qui contrôlent les contrôleurs. Et on est également en droit de nous demander si tout s’est passé de la sorte pour la gestion de la crise du Covid ? »

La réponse est malheureusement oui. Cet entretien révèle un nouveau scandale de santé publique et montre que, pour des raisons troubles, sans doute liées au lobbying des labos, des tests -remboursés par la sécurité sociale- dont on savait qu’ils étaient peu voire pas fiables, ont été mis en vente. Plus précisément, cela signifie que depuis trois semaines maintenant, des personnes qui pensent ne pas avoir le Covid puisqu’elles ont été testés négatives, l’ont certainement…

▶ Soutenez Le Média :  

👉 https://soutenez.lemediatv.fr/

👉 https://www.okpal.com/le-media/


Rejoignez la communauté des Socios !

Sismique
Sismique
Julien Devaureix
Esprit critique, scepticisme et zététique - Thomas C. Durand
« Il est toujours, partout et pour tout le monde, mauvais de croire quoi que ce soit sur la base de preuves insuffisantes » William Kingdon Clifford. Thomas C.Durand, aussi connu sous le pseudonyme Acermendax, est écrivain, biologiste, dramaturge, auteur du génial blog la Menace Théoriste et co-fondateur de l'Association pour la science et la transmission de l'esprit critique (ASTEC) et de la très populaire chaine Youtube La tronche en biais.  Le travail de Thomas consiste à défendre l’esprit critique et à promouvoir la zététique, cette discipline intellectuelle qui questionne les raisons pour lesquelles nous pensons que quelque chose est vrai.  Nous nous réclamons tous de la raisons, nous nous pensons raisonnables, lorsque nous interprétons le monde, lorsque nous prenons des décisions. Et pourtant nous sommes le plus souvent guidés par nos émotions ou nos croyances, et leurrés par tout un tas de biais cognitifs de différente sortes qui entraînent des erreurs inconscientes de perception, d’interprétation, de mémorisation, aboutissant à des erreurs de jugement. La pensée critique, la démarche scientifique, offrent des ressources à mon sens indispensables pour nous aider à examiner les propositions de la vie quotidienne, en particulier lorsqu’elles sortent de l’ordinaire, et ne pas nous laisser aller à des jugements hâtifs ou portés par nos simples opinions.  Plus que jamais nous sommes exposés à toutes sortes d’informations, aux croyances de tout un chacun, aux analyses contradictoires… au point que nous renonçons parfois à chercher la vérité, la réalité des faits. Certains disent ainsi que nous sommes à l’ère de la post-vérité, qu’il est devenu impossible de nous accorder sur ce qui est vrai, et que donc ce sont les opinions et les croyances de chacun qui comptent. De là vient la difficulté grandissante à nous mettre d’accord, à construire un consensus et bientôt à faire société.  La pensée critique et la méthode scientifique ne sont peut-être pas infaillibles, mais c’est à mon sens ce que nous avons de mieux pour interpréter le réel, par delà nos différences de perceptions, et donc nos meilleurs armes pour éviter de tomber dans un monde où on ne s’entend plus sur rien.  Un épisode essentiel ! Interview enregistrée le 28 septembre 2020 *** Retrouvez les notes détaillées sur le site officiel : https://sismique.fr *** Sismique est un podcast indépendant créé et animé par Julien Devaureix. Pour aider le podcast à grandir, abonnez-vous sur le site, parlez-en autour de vous et prenez le temps de laisser un commentaire et une note sur votre appli préférée (et de préférence sur Apple podcast) Vous pouvez aussi me soutenir via un don sur Tipeee > https://fr.tipeee.com/sismiquepodcast   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
1 hr 27 min
Splash
Splash
Nouvelles Écoutes
Une économie du care peut-elle émerger ?
L’attention à autrui et le soin n’ont pas pour habitude d’occuper le centre de la scène politique et économique. Pourtant, la crise sanitaire que nous venons de traverser a permis de révéler l’importance capitale d’un secteur pour notre société : le care.  Infirmières, femmes de ménage, femmes au foyer, aides à domiciles… La plupart du temps, ce sont des femmes qui prennent en charge ces tâches difficiles. Pourtant, elles sont bien peu rémunérées par rapport à l’utilité qu’elles ont pour le collectif. Si la société repose sur ce secteur, une économie du care peut-elle émerger ? Valoriser économiquement l’attention à autrui, est-ce compatible avec la rationalité de notre système économique ? Hôpitaux publics, écologie, féminisme... Au delà des choix économiques, c’est la question de la valeur du care pour notre société qui est posée, que des choix politiques devront décider.  Pour ce dernier épisode de la saison, Laureen Melka a carte blanche. Elle s’entoure cette semaine de l’économiste Emmanuel Petit (L'Économie du Care, PUF, 2013), de Mireille Chiroleu Assouline, professeure associé à l’école d’économie de Paris et spécialiste de l’économie de l’environnement ainsi que d’Anne-Laure Delatte, économiste au CEPII.  _____________________________ Cet épisode est rendu possible par Tediber, la marque française en ligne de literie et produits pour le sommeil.  En ce moment, tentez de remporter un incroyable matelas en jouant sur Tediber.com/Splash _____________________________ Sources documentaires :  Carol Gilligan, In a different voice : Psychological Theory and Women's Development, Harvard University Press, 1982. Sylvie Perdriolle, Carol Gilligan et l’éthique du care, Livre coordonné par Vanessa Nurock, Editions PUF, 2010 Par Sylvie Perdriolle Emmanuel Petit, L’économie du care. Presses Universitaires de France, « Care studies », 2013. François-Xavier Schweyer, « L’hôpital, une transformation sous contrainte. Hôpital et hospitaliers », Revue française des affaires sociales, 2006.  Jean-Paul Domin, « Réformer l’hôpital comme une entreprise. Les errements de trente ans de politique hospitalière (1983-2013) », Revue de la régulation, 2015. Panorama de la santé 2017 « Les indicateurs de l’OCDE » : www.oecd.org/fr/sante/panorama-de-la-sante-19991320.htm Julien Bouissou, « Une récession brutale devrait frapper la France en 2020», Le Monde, 10 juin 2020. Thierry Fabre, « Des économistes évaluent le choc du coronavirus jusqu’à 10% du PIB », Challenge, 18 mars 2020.  Jean Jouzel, Michel Badré, Conseil économique, social et environnemental « Accord de Paris et neutralité carbone en 2050 : comment respecter les engagements de la France ? », mars 2020 : www.lecese.fr/travaux-publies/accord-de-paris-et-neutralite-carbone-en-2050-comment-respecter-les-engagements-de-la-franceCommuniqué de presse ONU, « Il faut réduire les émissions mondiales de 7,6 % par an au cours de la prochaine décennie pour atteindre l’objectif de 1,5°C fixé à Paris », 26 novembre 2019. Antonio Guterres, neuvième Secrétaire général de l’ONU, “Une crise humaine qui fait appel à notre solidarité”de l’ONU, 20 mars 2020.  Alexandra Leistner, « Féminisme : des allemandes présentent la facture de leur travail domestique pendant le confinement », Euronews 14 mai 2020.  Delphine Roy, « Le travail domestique : 60 milliards d’heures en 2010 », division Redistribution et politiques sociales, Insee. Tribune au Monde, « Confinement et numérique : « Taire les risques que nous faisons prendre à nos enfants n’est pas tolérable », 6 juin 2020. Communiqué de presse ONU, « Deux milliards de personnes de plus sur la Terre en 2050 », 17 juin 2019. Max Weber, Essais sur la théorie de la science, 1922.  Pierre Cahuc et Thomas Zylberberg, Le négationnisme économique. Et comment s’en débarrasser, Flammarion,  2017.  Thomas Porcher, Traité d’économie hérétique. En finir avec le discours dominant, Fayard, 2018.  Bassem Hassan, Alexandra Auffret, « Oui à la controverse scientifique, non à la polémique », The Conversation, 5 avril 2018.  Patrick Criqui, Sébastien Treyer, « Penser l’après : La reconstruction plutôt que la reprise » The Conversation 24 avril 2020. Tiphaine de Rocquigny, “Penser l’économie de demain avec Philippe Aghion”, Entendez-vous l’éco ?, France culture, 24 avril 2020.  Spla$h est une émission d’Etienne Tabbagh produite par Nouvelles Écoutes, écrit et animé par Laureen Melka. Cet épisode est réalisé et produit par Marine Raut. Mixé par Laurie Galligani. Générique : Aurore Mayer-Mahieu
30 min
Programme B
Programme B
Binge Audio
Bordeaux, passé à recomposer | Épisode 4
Épisode 4 | L'éternité du chemin  L’arrivée récente d’un maire de gauche, Pierre Hurmic, à la tête de Bordeaux, après des décennies de règne de la droite, rebat les cartes dans la ville. Bordeaux la cossue, Bordeaux le pré carré du gaullisme à l'ancienne, Bordeaux la "belle endormie", tout cela, supposément, appartiendrait au passé. Le passé, justement, c’est un sujet qui fâche sur les bords de la Garonne. Si la ville se projette désormais vers un avenir différent, il lui faut affronter un épineux sujet : accepter les pages les plus sombres de son histoire. Celles qui mettent en lumière ses préjugés bourgeois, ses errances politiques au XXe siècle, et sa participation active aux crimes effroyables que furent l’esclavage et la colonisation.  Paradoxe à part, c’est cette levée progressive mais bien réelle du voile jeté jusqu’ici sur ces travers passés qui pourrait bien lui permettre, demain, de s’inventer un nouveau visage. « Bordeaux, passé à recomposer », c’est une balade en quatre épisodes dans les rues d’une ville où ces histoires sont présentes partout, à condition qu’on accepte de les y regarder. C’est une série de Thomas Rozec et Clémence Postis, réalisée par Mathieu Thèvenon, en partenariat avec la revue Far Ouest. CRÉDITS Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Cet épisode a été produit en octobre 2020. Réalisation : Mathieu Thévenon. Production et édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité sonore Binge Audio : Jean-Benoît Dunckel (musique) et Bonnie El Bokeili (voix). Identité graphique : Sébastien Brothier et Thomas Steffen (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
20 min
Code source
Code source
Le Parisien
Le jour où... Nicolas Hulot a démissionné en direct sur France Inter
Dans son dernier livre « Le jardin secret de la République: 50 ans d'entre soi » (Plon) paru en septembre, Marcelo Wesfreid explique comment et pourquoi la tradition des chasses de la République perdure à Chambord (Loir-et-Cher). De Georges Pompidou à Emmanuel Macron, aucun président ne s’est affranchi de cet outil de pouvoir. Dans le même ouvrage, le journaliste au service politique du Parisien revient sur la démission retentissante de Nicolas Hulot. Il était aux premières loges ce matin du 28 août 2018, lorsque le célèbre ministre de la Transition écologique a jeté l’éponge en direct. L’annonce intervient au lendemain d’une réunion houleuse sur la réforme de la chasse, en présence d’un invité surprise. Ce soir-là, l’ancien présentateur d’Ushuaia se retrouve face à son ennemi Thierry Coste, lobbyiste de la chasse et proche du président de la République. Marcelo Wesfreid était aux premières loges pendant la suite des évènements. Il raconte ces heures qui ont fait basculer le choix du ministre, dans Code Source. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Clawdia Prolongeau - Journalistes : Raphaël Pueyo, Ambre Rosala et Thibault Lambert - Réalisation et mixage : Julien Montcouquiol - Musiques : François Clos, Audio Network - Identité graphique : Upian - Archives : Ushuaia TV, TV5 Monde, INA, France Inter.   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
24 min
More episodes
Search
Clear search
Close search
Google apps
Main menu