L'entretien d'actu | L'effondrement de l'économie arrive | David Cayla
Play • 33 min

Alors que le monde entier (et la France, au rang des mauvais élèves) est toujours confronté à l'épidémie de Covid-19, une autre crise présage, aux conséquences désastreuses : une crise économique sans précédent. Bien que tout le monde semble s'accorder sur le fait qu'une crise économique arrive, certains semblent espérer un miracle et d'autres attendent une catastrophe quasi inévitable.

Nous avons reçu David Cayla, enseignant chercheur en économie à l'Université d'Angers, et membre des économistes atterrés, qui a récemment exposé deux éléments que nous avons souhaité qu'il développe avec nous :

- Le fait que la France devra bientôt affronter un effondrement de son économie avec une réaction de "faillites en cascades".   

- Et le fait qu'Emmanuel Macron et son gouvernement ne font rien de ce qu'il faut pour empêcher ou limiter la catastrophe qui vient.

Car certaines mesures fortes, selon David Cayla, permettraient d'envisager des jours moins sombres. Par exemple, nationaliser certaines entreprises essentielles et viables, mais aussi, relocaliser certaines activités dont on a vu pendant l'épidémie à quel point nous avions besoin d'être capable de produire nous mêmes masques, médicaments, appareils respiratoires etc. Il faudrait aussi, que l'État assume le rôle de relance en faisant des commandes publiques qui permettraient de remplir le carnet de commande des entreprises qui souffrent cruellement du manque d'activité et de demande.


▶ Soutenez Le Média :  

👉 https://soutenez.lemediatv.fr/

👉 https://www.okpal.com/le-media/

👉 https://fr.tipeee.com/le-media 


✅ Suivez-nous :  

Facebook : http://bit.ly/FacebookLeMedia

Twitter : http://bit.ly/TwitterLeMedia


Rejoignez la communauté des Socios !


Le monde devant soi
Le monde devant soi
Slate.fr
Joe Biden président: ce que ça va changer pour les États-Unis et le reste du monde
Ce mercredi 20 janvier 2021, Donald Trump a fait ses adieux à la Maison-Blache et Joe Biden a pris ses fonctions de président des États-Unis. Le tout sans heurt et sans public, en raison des restrictions dues à l'épidémie de Covid-19. Le soir même de son investiture, Joe Biden s'est empressé de signer dix-sept décrets. Ils concernent, entre autres, l'immigration avec l'arrêt de la construction du mur à la frontière mexicaine et la fin du «Muslim travel ban» interdisant l'entrée sur le territoire aux étrangers en provenance de pays musulmans, ou encore le retour des États-Unis dans l'accord de Paris sur le climat. Biden veut aller vite pour réparer l'Amérique, comme nous vous l'expliquons dans notre autre podcast, New Deal, qui remplace désormais Trump 2020. Joe Biden n'est pas le seul à avoir pris ses fonctions mercredi. Il a avec lui l'ensemble de son cabinet: Kamala Harris, bien sûr, en tant que vice-présidente, mais aussi le francophile Anthony Blinken au secrétariat d'État, Lloyd Austin, premier Afro-Américain à la Défense, Merrick Garland à la Justice, Janet Yellen au Trésor. Beaucoup ont salué la diversité et la représentativité de ce cabinet: des hommes, des femmes, des minorités. Ce gouvernement est-il capable de réconcilier l'Amérique? Est-il composé de façon à satisfaire l'électorat démocrate? Que pensent les chefs d'État étrangers de l'entrée en fonction de Joe Biden à la tête de la première puissance économique mondiale? De son côté, privé du soutien de Donald Trump, le président turc Erdoğan tente de se rapprocher de l'Union européenne. Dans quel but? Et comment cela va-t-il influer sur la géopolitique méditerranéenne? Réponses dans Le Monde devant soi, le podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Si vous aimez Le Monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook. Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner Réalisation et montage: Aurélie Rodrigues
29 min
New Deal
New Deal
Slate.fr
Joe Biden peut-il vraiment réparer l'Amérique?
Au revoir Trump 2020, bonjour New Deal, le podcast IFRI/TTSO/Slate sur la politique et la société américaines. New Deal, c'est comme Trump 2020 mais sans Donald Trump, puisqu'il vient de quitter la Maison-Blanche. Comme dans Trump 2020, Romain Dessal et Laurence Nardon reviendront chaque semaine sur l'actualité des États-Unis. Pour ce premier épisode de New Deal, retour sur le 20 janvier, jour qui sonne le début du mandat de Joe Biden au titre de président des États-Unis. Une investiture bien particulière cette année à cause du Covid-19, bien sûr, mais aussi à cause d'une possible réplique des émeutes intervenues quinze jours auparavant. De son côté, Trump prenait un aller simple direction la Floride –un départ en chansons des années 1980 à Frank Sinatra lors du décollage d'Air Force One. Mais regardons au-delà de cette journée pour nous concentrer sur ce qui est essentiel: comment Biden va-t-il bien pouvoir faire pour réparer l'Amérique? Le Démocrate dit qu'il veut agir vite et beaucoup: il ne parle pas de ses «cent premiers jours», mais de ses «dix premiers jours» et a désigné quatre priorités pour lesquelles il va intervenir par décret: la lutte contre le Covid; la relance de l'économie; la protection de l'environnement; et une meilleure gestion de l'immigration. On constate une ambition notable de la part de Joe Biden. Mais va-t-il réussir à composer avec des Républicains hostiles et une gauche très exigeante? Va-t-il savoir équilibrer ses projets entre le courant centriste et le courant radical qui coexistent au sein du Parti démocrate? Slate.fr s'est associé à la newsletter «Time to Sign Off» (TTSO) et à l'Institut français des relations internationales (IFRI) pour suivre l'actualité politique américaine et proposer tous les mercredis le podcast New Deal, avec Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord de l'IFRI, et Romain Dessal, fondateur de TTSO. Suivez-nous sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez aussi le Slate Podcast Club sur Facebook. Générique: «Cutting It Close», de DJ Freedem
12 min
Le Nouvel Esprit Public
Le Nouvel Esprit Public
Philippe Meyer
Un commencement de charte / Biden : le changement c’est maintenant / n°177 (24 janvier 2021)
UN COMMENCEMENT DE CHARTE Le 18 janvier, la « charte des principes pour l'islam de France » a été présentée au Président de la République, par cinq représentants du Conseil français du culte musulman (CFCM), l'interlocuteur des pouvoirs publics pour cette confession. Cette démarche reflète l'émotion suscitée dans le pays par l'assassinat de l’enseignant Samuel Paty et le triple meurtre à la basilique Notre-Dame de Nice. S'appuyant sur des citations du Coran, signée après de longues et difficiles négociations, la charte s'apparente à une déclaration d'allégeance aux principes républicains : égalité hommes-femmes, liberté de croire ou de ne pas croire reconnue comme surplombant toute conviction religieuse, engagement à « ne pas utiliser l'islam (...) pour les besoins d'un agenda politique dicté par une puissance étrangère ». Ce texte est censé engager non seulement les fédérations signataires, mais aussi les imams qui demanderont la certification du futur Conseil national des imams, qui doit être prochainement créé par le CFCM. Pour l’heure, trois des huit fédérations membres de ce Conseil ne l’ont pas signée : les deux fédérations d’origine turque et l’association Foi et Pratique, le Tabligh, d’inspiration indo-pakistanaise. Elles sont invitées à le faire sous quinze jours, au-delà, Emmanuel Macron considérera qu'il s'agira d'une « clarification » de leur part. Autrement dit, un refus assumé de s'inscrire dans le respect des valeurs de la République. Il reste que le CFCM ne représente que400 des 2.500 lieux de culte musulmans en France, que seuls 20% des 1.800 imams, qui les administrent seraient français et que ce Conseil rassemble des organisations directement sous la coupe de l’Algérie, du Maroc ou de la Turquieavec lesquels, le CFCM est censé rompre le lien. A l’Assemblée nationale, le même lundi 18 janvier, la commission spéciale formée de 70 députés a commencé son examen des 51 articles du projet de loi « confortant le respect des principes de la République ». Ce texte traite de sujets aussi divers que la laïcité, l'instruction à domicile, la polygamie, la fiscalité des associations ou la haine en ligne. Pas moins de 1.721 amendements ont été déposés par les députés. Trois cents ont été déclarés irrecevables par la commission, certains portant notamment sur le port du voile. La Défenseure des droits, Claire Hédon a estimé que ce projet de loi comportait des « risques d'atteinte aux libertés », dont celles d'association et d'enseigner des parents, et pourrait par conséquence « affaiblir les principes républicains eux-mêmes ».  Début février, le projet sera au menu de l'Assemblée nationale durant deux semaines. *** BIDEN : LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT Les décrets présidentiels signés dès le 20 janvier par le 46ème président des États-Unis Joe Biden ont fait entendre sa différence : rétablissement du statut temporaire des sans-papiers arrivés enfants aux États-Unis, arrêt de la construction du « mur » voulu par Donald Trump sur la frontière avec le Mexique, annulation du décret visant les ressortissants de pays musulmans,retour des États-Unis dans l'accord de Paris, mesures de réduction des émissions de méthane liées aux activités d'extraction de pétrole et le gaz, décision de revenir aux objectifs d'efficacité énergétique pour les véhicules, moratoire sur la prospection pétrolière d’un territoire protégé situé en Alaska, annulation du permis de construire les derniers segments de l'oléoduc Keystone XL destiné à raccorder les gisements de sables bitumineux canadiens au golfe du Mexique.  Deux priorités attendent le Président américain : la lutte contre le Covid et la relance de l'économie. La nouvelle administration veut mettre des moyens pour vacciner en 100 jours 100 millions d'Américains. - le seuil des 400.000 morts du Covid-19 a été atteint en début de semaine. L’aide économique envisagée est massive : Joe Biden a promis 1.900 milliards de dollars pour venir en aide aux Américains fragilisés par les conséquences de la crise sanitaire. Ils viendront s'ajouter à « l'acompte » de 900 milliards de dollars voté fin décembre par les parlementaires. En février, lors de son premier discours devant le Congrès, le nouveau président dévoilera son plan d’investissement. Il se veut un complément du plan de relance et visera avant tout les infrastructures : le système de transports, l'eau, l'énergie, le haut débit ou encore le logement.  En politique étrangère, si la Chine va demeurer la question centrale de la diplomatie américaine, il y a peu de changements à attendre en ce qui concerne le Moyen-Orient, hormis le retour sous conditions à l'accord nucléaire avec l'Iran. La volonté de la nouvelle administration de promouvoir la démocratie et les droits de l'homme devrait se concrétiser par un sommet mondial pour la démocratie au cours des cent premiers jours. Il faudra aussi restaurer les liens abîmés avec les alliés, l'Europe au premier chef, les responsables de l'Union européenne ayant invité mercredi Joe Biden à « construire ensemble un pacte fondateur nouveau », saluant le retour d'un « ami » à Washington. Pour conduire sa politique, Joe Biden ne dispose que d'une faible majorité à la Chambre des représentants (222 démocrates contre 211 républicains) et la parité au Sénat (50 démocrates, 50 républicains) laisse augurer de débats à l'issue très incertaine - même s'il appartient, comme le veut la Constitution, à la vice-présidente Kamala Harris de départager les deux camps en cas d'égalité.
1 hr 8 min
Sismique
Sismique
Julien Devaureix
Retisser nos liens pour réparer le monde - Abdennour Bidar
Philosophie, spiritualité - et politique - pour renouer notre triple lien à la nature, aux autres, à soi-même et réparer le tissu déchiré du monde. Abdennour Bidar est philosophe, spécialiste des mutations de la vie spirituelle dans le monde contemporain. Il se décrit lui-même comme un méditant engagé, et dans ses derniers livres, il plaide pour un travail philosophique, spirituel et politique pour retisser ce qu’il appelle le « tissu déchiré du monde », en (re)nouant des liens à la nature, aux autres et à soi-même.  Quand on observe le monde, on le fait au travers de lunettes, et la plupart du temps on ne s’en rend pas compte.  Et ces lunettes, que l’on porte en permanence, sont teintées de plein de choses comme nos opinions pré-établies, notre culture et notre éducation, nos peurs et nos espoirs, bref tout un tas de chose qui nous empêchent d’y voir clair et qui font qu’on ne voit pas tout à fait la même chose que les autres.  Pour mieux comprendre le monde, et surtout pour mieux agir face aux événements, il faut donc d’abord revenir à soi, mieux regarder ces lunettes que l’on porte, celles que les autres portent, et apprendre à voir au-delà.  Ce travail, que certains qualifient de « spirituel », d’autres de « philosophique », d’autres encore, aujourd’hui nombreux, de « développement personnel », c’est d’abord un travail d’écoute, de prise de recul, de connaissance de soi et d’acceptation de l'autre.  Alors que les enjeux « physiques » sont pressants et qu’il faut mieux les explorer, le « spirituel » a aussi sa place dans nos réflexions sur le monde puisqu’il conditionne directement ou indirectement une partie de nos actions.  C’est dont on parle dans cet épisode. 02:00 - Qui est Abdennour Bidar ? Quel est son cadre de compréhension du monde ?  12:00 - Quel diagnostic sur notre époque ? 18:00 - Le grand déchirement du monde ?  33:00 - La « récupération » du spirituel  41:00 - Comment recréer du lien ? 48:00 - Le défi posé au modèle laïque français  01:03:00 - La confusion autour du « spirituel »  01:10:00 - La spiritualité peut-elle vraiment changer le monde ? ---- Sismique est un podcast indépendant créé et animé par Julien Devaureix. Il s’agit d’une enquête sur les grands enjeux de notre époque pour explorer, se préparer et s’adapter à un monde en pleine mutation. 👉 Abonnez-vous à la chaine et cliquez sur la cloche pour ne rien rater. 👉 Laissez un commentaire sur la vidéo pour participer à la conversation (je réponds souvent) 👉 ABONNEZ-VOUS AU PODCAST. NB: les épisodes sont d’abord diffusés en audio avant d’atterrir sur Youtube ! 🎧 Apple podcast : https://apple.co/2Q1edh0 🎧 Spotify : https://spoti.fi/2U5R2pV   REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ SISMIQUE pour arrêter de réfléchir tout seul à tous ces sujets complexes, et contribuez au débat.  👉Rejoindre la communauté privée PATREON en devenant « patron » (live chat, contenus exclusifs…) : https://www.patreon.com/sismiquepodcast 👉Vous abonner à la Newsletter pour recevoir les notes détaillées des épisodes: https://www.subscribepage.com/q7l4h0 FAITES UN DON pour soutenir le projet : Patreon:  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
1 hr 21 min
More episodes
Search
Clear search
Close search
Google apps
Main menu