La Grande-Bretagne, la Thaïlande et l'Espagne font la Une de la presse internationale
Play • 3 min
En Grande-Bretagne, l'actualité est marquée par le nombre de morts du Covid qui dépasse les 100.000 pour la première fois dans un pays européen. Boris Johnson a déclaré en assumer la pleine responsabilité. En Thaïlande, la presse s'intéresse à l'arrestation du "El Chapo" asiatique à Amsterdam. En Espagne, le Barça est au bord de la faillite.
Aujourd'hui l'économie
Aujourd'hui l'économie
RFI
Aujourd'hui l'économie - L’écologie ou le profit: pourquoi le patron de Danone est contesté
Le PDG de Danone va-t-il survivre à l’attaque lancée contre lui par des actionnaires minoritaires ? Que lui reproche-t-on au juste ?  Le conseil d’administration du géant français de l’agro-alimentaire se réunit ce lundi 1er mars pour discuter de la gouvernance du groupe.  Le fonds américain Artisan Partners et le Britannique Bluebell Capital font le même constat : depuis qu’Emmanuel Faber est arrivé à la tête de Danone il y a sept ans, les actionnaires restent sur leur faim : le rendement global de l’action est systématiquement inférieur à celui des deux grands concurrents, le Suisse Nestlé et l’Américain Unilever. La pandémie aura été le coup de grâce : avec le confinement et la fermeture des restaurants, les ventes d’eau d’Evian, l’un des fleurons du groupe, se sont effondrées. Danone et ses marques phares, Danette, Activia et l’eau d’Evian, ont bu la tasse mais reste très profitable avec un rendement à 14% et un bénéfice stable à un milliard 500 millions d’euros.   Le PDG du groupe riposte, et laisse entendre que c’est l’engagement écologiste de l’entreprise que les fonds veulent torpiller  Car Emmanuel Faber a transformé Danone en entreprise à mission, une première pour une entreprise cotée en bourse. Concrètement cela veut dire que son objectif n’est plus le seul profit, mais aussi le service du consommateur et de la planète. L’entreprise a désormais une responsabilité sociale et environnementale. C’était déjà dans son ADN: la société a été fondée par Antoine Riboud, un apôtre du développement durable. Emmanuel Faber l’a inscrit dans les statuts. Et dans les actes. Avec des investissements de 2 milliards d’euros annoncés l'an dernier pour faire baisser les émissions de CO2, pour en finir avec les emballages en plastique, ou encore pour aider les fermiers à produire mieux. Il reconnaît que les rendements à court terme peuvent en être affectés.  Les fonds activistes remettent en cause cette vision ?  Ils jurent qu'ils y sont au contraire très attachés, au sein de Danone comme dans les autres entreprises où ils sont présents. Mais leur impatience à en toucher les dividendes plaident contre eux. C'est toujours l'obsession du rendement, de la rémunération de l'actionnaire qui guide les attaques des activistes. On les soupçonne de vouloir démanteler le groupe pour en extraire plus de valeur. Cette peur est partagée par plusieurs syndicats, c'est pourquoi ils ont apporté leur soutien à Emmanuel Faber. Pourtant ce patron n'est pas toujours très social dans la gestion quotidienne. Il a annoncé en novembre la suppression de 2000 emplois, sur un total de 100 000 à travers le monde pour faire remonter le cours de l'action.  Le conseil d’administration de Danone se réunit en fin de journée pour décider du sort d'Emmanuel Faber ? Les fonds demandent sa tête. Pas sûr que le conseil parvienne à trancher car il est profondément divisé. Une partie des administrateurs gardent leur confiance à ce patron écolo, d'autres sont inquiets de voir que les budgets de marketing ont fondu, ils sont lassés par la réorganisation permanente du groupe menée par ce PDG solitaire et ils sont même franchement agacés par sa propension à donner des leçons d’écologie à la planète entière. Emmanuel Faber, plus prompt à défendre sa vision de l'entreprise du futur dans les enceintes internationales que parmi ses pairs passe mal dans les milieux conservateurs du capitalisme français.   En bref C'est aujourd'hui que la Nigériane Ngozi Okonjo Iweala prend ses fonctions à la tête de l'Organisation mondiale du commerce. La première femme, la première Africaine à ce poste, a un agenda chargé. Entre autres mettre fin au blocage des Etats-Unis qui ont réussi à paralyser l'OMC pendant la présidence de Donald Trump.  Joe Biden encourage les salariés de Amazon à se syndiquer Dans une vidéo publiée dimanche soir sur Twitter le président américain ne cite pas l'entreprise de Jeff Bezos mais il évoque les salariés de l'Alabama, là d'où est partie l'idée du référendum pour autoriser les syndicats sur la plateforme. Le deuxième employeur américain a tout fait jusqu'à maintenant pour empêcher leur présence dans ses filiales américaines.
4 min
Éco d'ici éco d'ailleurs
Éco d'ici éco d'ailleurs
RFI
Éco d'ici éco d'ailleurs - Le capitalisme familial français en question
Il y a quelques jours, Martin Bouygues, le PDG du groupe Bouygues a annoncé qu’il se démettait de ses fonctions opérationnelles en raison de son âge, 69 ans bientôt. C’est un baron du groupe qui prend le relais avant de céder sa place à une nouvelle génération de la famille Bouygues. C’est une vieille tradition du capitalisme français. Les entrepreneurs à succès ont souvent du mal à céder les rênes. Et quand ils le font, c’est fréquemment pour donner le pouvoir à un héritier qui le transmettra lui-même à un descendant. Des familles se sont ainsi perpétuées à la tête de grands groupes. Mais, le résultat n’est pas toujours optimal, c’est un euphémisme, comme en témoigne le destin actuel du groupe Lagardère. Ce qui pose le problème des relais et des successions à la tête des grandes entreprises familiales, mais aussi de la nature du capitalisme français. Tout cela est au cœur d’un livre «Le crépuscule des héritiers» aux éditions du Nouveau Monde, dont l’auteur est l’un des invités de cette émission.  Cet auteur est Denys Brunel. Son livre lui a été inspiré par son parcours de dirigeant dans de nombreux groupes français, Perrier, Cofinoga ou Nouvelles Galeries. Jean-Marc Daniel est professeur émérite d’économie à l’ESCP Business School de Paris et il dirige la revue Sociétal.  Henri-Jacques Citroën est le petit-fils d’André Citroën, fondateur de la société qui porte encore son nom, un siècle après la création de l’entreprise. Il a accompagné de nombreux groupes français parmi les plus grands, lors de leur installation en Amérique latine. À ce titre, conseiller du Commerce extérieur, et  par ailleurs, senior vice-président de la société ADIT, le leader européen de l’intelligence économique et de l’éthique des affaires.  • Reportages diffusés pendant l'émission :  L’un des fleurons de l’industrie française, l’entreprise Dassault, en est à sa troisième génération d’une même famille. Le portrait de cette dynastie par Bruno Faure. Le groupe Thuasne qui a été créé en 1847 et qui aujourd'hui est dirigé par une descendante du fondateur. C’est aujourd’hui une entreprise de 2 450 salariés, 250 millions d’euros de chiffre d'affaires. L’entreprise se présente comme un acteur majeur du dispositif médical et un acteur mondial de la contention orthopédique. Pour Éco d’ici Éco d’ailleurs, Bruno Faure a rencontré sa présidente directrice générale, Elisabeth Ducottet qui lui raconte d'abord l'histoire de l'entreprise qu'elle dirige.  Au Royaume-Uni, la plupart des entreprises qui composent le paysage économique ont des origines familiales. Dans la catégorie des petites et moyennes entreprises, la grande majorité sont familiaux. Mais plus la taille de l'entreprise augmente, plus il est rare de trouver un Britannique à sa tête. Et ce malgré que le fondateur, lui, soit bien né sur le sol anglais, écossais, ou nord-irlandais. Écoutez ce reportage signé Nina Guérineau de Lamérie.
49 min
More episodes
Search
Clear search
Close search
Google apps
Main menu