Présidentielle américaine : aura-t-on les résultats le 3 novembre ?
Play episode · 15 min

Les Américains ont l’habitude de découvrir le visage du président élu au soir de l’élection. Mais aura-t-on, cette fois-ci, le visage de Joe Biden ou de Donald Trump sur les écrans de toutes les télévisions du pays ? Rien n’est moins sûr. La pandémie de coronavirus va pousser des millions d’Américains à envoyer leur bulletin par la poste. La généralisation du vote par correspondance pourrait retarder l’arrivée des premiers résultats et si l’élection est serrée, l’issue du scrutin pourrait être incertaine pendant de nombreuses heures. Dans cet épisode de Twenty Twenty, le podcast de l’AFP made in America, on vous propose de plonger dans les différents scénarios possibles avant une petite remontée dans le temps, en 2000, quand les résultats officiels n’ont été annoncés que des semaines plus tard.

Invités : 

Barb Byrum, élue du comté d’Ingham, dans le Michigan 

Chris Lehane, ancien porte-parole du candidat démocrate Al Gore à l’élection présidentielle de 2000 

Composition musicale : Léna Chinchio 

crunch
crunch
L'Equipe
XV de France, six matches et des questions
Habitués aux nations sudistes, les Bleus vont cette année devoir surtout se confronter à leurs rivaux européens. Avec six matches au programme, quel impact peut avoir cette tournée automnale sur le XV tricolore et son développement ? Le pays de Galles, l'Irlande, les Fidji, l'Écosse, l'Italie et un petit dernier, surprise, pour clore la toute nouvelle « Autumn Nations Cup ». Sacré programme... Face au XV du trèfle, le 31 octobre au Stade de France, il s'agira d'abord de mettre un terme au Six Nations débuté en février dernier. Un match pour s'accrocher à une infime chance de victoire d'un Tournoi au format inédit. Ce nouveau calendrier vient contrarier « la flèche du temps » du sélectionneur Fabien Galthié, plan à long-terme du staff tricolore. Comment le XV de France va-t-il devoir s'adapter ? Crunch s'interroge également sur l'effectif français, métamorphosé par le Covid-19 et l'interdiction, pour les joueurs, de disputer plus de trois matches sur les six prévus. Notamment à l'ouverture, où la seule présence de Romain Ntamack reste une anomalie. Matthieu Jalibert, habituel challenger au poste, est positif au coronavirus et Fabien Galthié a choisi de ne pas piocher dans la réserve « de métier » pour palier cette absence. Alors qui viendra épauler le numéro 10 toulousain pendant cette série de tests ? Et quels nouveaux visages peuvent toquer à la porte des Bleus ? Animé par *Chrystelle Bonnet*, avec *Alex Bardot *et *Renaud Bourel*. Réalisé par *Roland Richard*.
19 min
Big 5
Big 5
L'Equipe
Les montagnes russes de Paul Pogba
Paul Pogba fait partie des mystères du football. Tantôt milieu révolutionnaire tantôt joueur apathique, le Français flirte souvent avec l’irrégularité mais ne laisse jamais indifférent. Décryptage de ce paradoxe. Il y a du génie, de l’audace mais parfois de la déception. Le Mancunien Paul Pogba serait un casse-tête insoluble rangé dans la catégorie des inconstants. Capable d’exploits comme face à la Croatie avec les Bleus (1-2) le 14 octobre, le milieu de terrain est aussi habitué aux passages à vide, en témoigne son match face à Tottenham (1-6) dix jours plus tôt. Entraîneurs et fans l’aiment ou l’accablent. Mais qui est le champion du monde, derrière sa personnalité unique ? À 27 ans, La Pioche semble incomprise. Le joueur est un surdoué, excellent dans chaque petit recoin du jeu. Mais si son talent et ses fulgurances réveillent des parties, Paul Pogba crispe par ses contre-performances. Est-on trop sévère avec la superstar ? Ou à juste titre exigeant ? À Manchester, Pogba devait aussi ressusciter le MU de Sir Alex Ferguson, parti en 2013. Mais managers et joueurs se succèdent sans succès, alors la gestion du club interroge. La constance de l’international français version Juve, elle, n’est qu’un souvenir. Presque un regret, tandis que se pose une question pour demain : les Red Devils sont-ils encore faits pour lui ? Animé par *Marie-Amélie Motte*, avec *Vincent Duluc*, *Pierre-Étienne Minonzio* et *Thomas Simon*. Réalisé par *Roland Richard*.
29 min
Le Nouvel Esprit Public
Le Nouvel Esprit Public
Philippe Meyer
Comment lutter pour nos valeurs sans mettre en cause nos libertés ? / n°164 (25 octobre 2020)
Le 16 octobre, à Conflans-Sainte-Honorine, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty a été assassiné puis décapité par un homme de 18 ans d’origine tchétchène, pour avoir enseigné la liberté d’expression à ses élèves, en s’appuyant sur les dessins de Charlie Hebdo. Le meurtrier a été abattu par les forces de l’ordre.  Tandis que droite et extrême droite font pression sur l'exécutif en proposant notamment une modification de la Constitution, un moratoire sur l'immigration, l’évolution du droit d’asile, la levée de l'anonymat sur internet ou une épreuve sur la laïcité au brevet, leministre de l'Intérieur multiplie les offensives contre la mouvance islamiste. Dès le 19 octobre, il a lancé une trentaine d'opérations policières, ciblé une cinquantaine d'associations islamiques, annoncé la dissolution du Collectif contre l'islamophobie en France et de l'organisation humanitaire Barakacity, demandé l’expulsion de 231 personnes inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, fermé pour six mois la mosquée de Pantin en Seine-Saint-Denis - qui avait relayé sur sa page Facebook une vidéo devenue virale ciblant l'enseignant Samuel Paty .        Le ministre de l’Éducation nationale a demandé la levée de l'anonymat sur les réseaux sociaux. Le secrétaire d'État au numérique, Cédric O, tout en dénonçant « l’opacité » des algorithmes et de la modération des contenus des réseaux sociaux » estime qu’« une obligation d'identification serait non seulement aisément contournable mais aussi juridiquement très incertaine ». « C’est pourquoi il est urgent que le législateur puisse assigner des obligations de moyens à ces plateformes qui leur imposent, sous la menace de sanctions extrêmement dissuasives et sous la supervision du régulateur, de mettre en place des dispositifs de modération à la hauteur de l’enjeu qu’elles représentent pour la société » Ces obligations de moyens formulées dans la loi Alia avaient été retoquées en juin, le Conseil constitutionnel qui avait également rejeté l’obligation faite aux réseaux sociaux de supprimer, dans les vingt-quatre heures, sous peine de lourdes amendes, les contenus « haineux ». Les ministres de la Justice et de l’Intérieur sont tombés d’accord sur la nécessité de renforcer la plate-forme Pharos mise en en 2009 pour faciliter le signalement, par les internautes, de contenus illicites sur internet. Celle-ci compte 28 fonctionnaires pour plus de 200 000 signalements par an. Un hommage national a été rendu mercredi à Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne. Il laisse entières les questions qui se posent sur l’attitude de l’Administration de l’Éducation nationale vis-à-vis des enseignants confrontés à l’intolérance, voire à la violence de certains élèves et de certaines familles. Dès 2004, un inspecteur général de l'Éducation nationale Jean-Pierre Obin s’était inquiété des conséquences de l'islamisme sur l'école de la République. « Jusqu'à maintenant, précise-t-il aujourd’hui, 37 % des enseignants déclaraient s'être déjà autocensurés par peur d'incidents ». D'après une enquête, réalisée par l'Ifop et la fondation Jean-Jaurès, à la question « Faites-vous passer vos convictions religieuses avant les valeurs de la République ? », 40 % des Français musulmans répondent oui. Pour les moins de 25 ans, le taux est de 74 %.
1 hr 8 min
More episodes
Search
Clear search
Close search
Google apps
Main menu